Ryan Gosling, Michael Fassbender, Rooney Mara et même Iggy Pop : ils seront tous dans le prochain film de Terrence Malick

CINÉMA
DirectLCI
PREVIEW - Deux ans seulement après le formidable "Knight of Cups" avec Christian Bale et Cate Blanchett, Terrence Malick est de retour avec "Song to song", nouvelle rêverie au casting prestigieux. Le film sort dans les salles américaines en mars prochain, aucune date de prévue en France.

Rooney Mara, Michael Fassbender, Ryan Gosling, Christian Bale, Natalie Portman, Haley Bennett, Iggy Pop, Cate Blanchett, Val Kilmer, Benicio del Toro, Holly Hunter, Iggy Pop, Patti Smith, les Red Hot Chili Peppers... Ils seront tous dans Song To Song, le prochain long métrage de Terrence Malick qui sortira le 17 mars aux Etats-Unis.  


Comme le suggère le titre, l'action de Song To Song se déroule dans la scène musicale d'Austin, au Texas. Rooney Mara et Ryan Gosling jouent des compositeurs. Michael Fassbender, lui, interprète un magnat de l'industrie musicale, et Natalie Portman, une serveuse. Deux histoires d'amour modernes, comme le sous-tend IndieWire qui a sorti l'information ce mardi

S'attendre à des surprises

Evidemment, rien n'est clair en ce qui concerne l'intrigue de Song To Song et c'est normal: le cinéma de Terrence Malick vise de plus en plus l'expérimental, l'abstraction, l'état aérien. 


Knight of Cups, son précédent film, était une préservation de cette beauté, son enregistrement, son souvenir persistant et son évanouissement inexorable. 


De fêtes hollywoodiennes avec champagne, starlettes et piscines aux shootings de mode, des rues de Los Angeles aux longues plages californiennes, d’appartements luxueux à une retraite dans le désert, Malick filmait les limbes traversées par un acteur fantomatique (Christian Bale) hanté par toutes les femmes de sa vie. Et à travers l’errance mentale de son protagoniste, il captait la beauté qui file entre les doigts. 


Sean Penn ne l’avait pas compris au moment de Tree of Life, se plaignant de figurer aussi peu de temps à l’écran. Il aurait dû piger que Malick utilisait son casting de stars comme un prétexte pour poursuivre sa quête secrète, existentielle, intime dans un purgatoire de sens, exprimant son vécu d’homme et d’artiste, réévaluant la spiritualité, passant par le retour aux sources, la foi, l’étincellement, le merveilleux. Mais il n’est pas tout seul à bricoler dans son coin. Nous sommes pleinement avec lui. Peut-être parce que nous avons besoin de cette beauté, plus que jamais. 

Un cinéaste de moins en moins discret

Comme en réaction à cette laideur ambiante, on n'arrête plus Terrence Malick, dont on soulignait naguère l'extrême rareté (quatre films entre 1973 et 2005). 


Depuis Tree of Life (2011), il a enchaîné avec A la merveille (2012), Knight of Cups (2015), son documentaire Voyage of Time (2016) et le présent Song To Song (2017). 


C'est loin d'être terminé: Terrence Malick travaille déjà sur la post-production de Radegund, un film de guerre avec Matthias Schoenaerts. 

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter