"The Hateful Eight" : excédé, Quentin Tarantino balance son scénario sur le net

"The Hateful Eight" : excédé, Quentin Tarantino balance son scénario sur le net

DirectLCI
DESESPOIR - Quelques jours après la fuite du scénario de "The Hateful Eight", son ancien nouveau projet, Quentin Tarantino vient d'effectuer un geste de désespoir. Il a en effet jeté en pâture sur le net le script en question.

Quentin Tarantino n'aura donc pas droit à un second western. Il y a quelques jours, le scénario de The Hateful Eight, son ex prochain film, a fuité sur les autoroutes du net . "Je l'ai donné à six personnes, et apparemment, il est dans la nature aujourd'hui", confiait-il tout récemment avec rage au site américain Deadline. Pour l'heure, nul ne sait qui est responsable de cette terrible mésaventure. Parmi les suspects, on retrouve les acteurs Michael Madsen, Bruce Dern et Tim Roth. Selon Tarantino, l'un des deux premiers auraient laissé le précieux entre les mains d'un agent qui ne se serait pas gêné pour une diffusion bien large.

Un film en cinq parties

Las et ulcéré, le réalisateur de Pulp Fiction et Django Unchained a fini par confier le scénario au site The Wrap. L'effet boule de neige a été immédiat si bien que quelques heures plus tard, une version PDF était en téléchargement libre aux quatre coins de la toile. Si Tarantino a définitivement abandonné l'idée de porter à l'écran en 70mm ladite histoire, il se murmure très sérieusement qu'un livre devrait voir le jour prochainement. "Ça aurait pu être un chef-d’œuvre", regrette l'intéressé de tout son être.

Ceux qui se sont déjà rués sur le Graal savent que The Hateful Eight aura été divisé en cinq chapitres – comme souvent chez Tarantino – intitulés Last Stage To Red Rock, Son of a Gun, Minnie’s, The Four Passengers et Black Night, White Hell. La première séquence du film aurait vu deux chasseurs de prime, que devaient incarner Samuel L. Jackson et Michael Madsen, évoluer au milieu d'un panorama enneigé. Par la suite, on aurait croisé pêle-mêle un certain Bob le Français, un général sudiste ou un bourreau... Le tout agrémenté de violence et de café, boisson centrale de ce long métrage tristement mort-né.

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter