The Secret Man : "Tous les lanceurs d’alerte d'aujourd’hui sont comparés à Mark Felt"

DirectLCI
INTERVIEW – Dans "The Secret Man", en salles mercredi, Peter Landesman brosse le portrait de Gorge profonde, de son vrai nom Mark Felt, informateur de la presse au moment du scandale du Watergate et numéro deux du FBI à l’époque. Il évoque pour LCI son regard sur cet événement historique et sur cet homme qui en fut l’un des principaux acteurs.

Vous étiez enfant au moment du Watergate. En aviez-vous tout de même quelques souvenirs ? 

Peter Landesman : Pas vraiment. Ma connaissance sur le sujet s’est accrue avec le temps, non seulement parce que je suis quelqu’un de politisé mais aussi parce que j’étais journaliste avant de faire des films. Le Watergate a marqué un carrefour dans l’histoire américaine. C’est le scandale médiatique et politique de référence, il fait désormais partie du lexique américain. Mais je n’ai eu conscience des tenants et aboutissants de l’affaire qu’en commençant à me plonger dans la vie de Mark Felt qui donnait un visage humain à cette histoire. 


Vous l’avez rencontré avant sa mort. Quel genre d’homme était-il ? 

P.L. : Quand nous nous sommes vus, il venait de révéler qu’il était Gorge profonde. Il était à la fin de sa vie. C’était un homme d’une très grande intégrité, très proche de sa famille et il s’était un peu adouci. Il n’était plus l’agent du FBI que je montre dans le film. Sa vie était ailleurs. 


Qu’avez-vous appris de lui ? 

P.L. : J’ai compris pourquoi il avait décidé d’être l’informateur de la presse à l’époque du Watergate. Les raisons étaient multiples : elles étaient politiques bien sûr mais il était aussi dans une période personnelle difficile. Il était sous pression et se battait surtout pour le bien-être des siens. 


Il a été l’un des premiers lanceurs d’alerte ...

P.L. :  Si ce n’est le premier ! Tous les lanceurs d’alerte depuis ont été comparés à lui. Il est le mètre étalon en la matière. Il y en a sûrement eu avant mais il a été le premier à éveiller à ce point les consciences politiques et humaines des citoyens américains.

En vidéo

The Secret Man - Mark Felt : Liam Neeson dans un extrait

 


C’est une affaire complexe, sur laquelle tout a été dit. A quel point le processus d’écriture a-t-il été difficile ? 

P.L. :  Il est en effet compliqué de s’attaquer à une histoire aussi iconique. Il faut donc trouver un angle singulier, et moi c’est l’homme au centre du scandale qui m’intéressait. Et de ce point de vue, tout était nouveau. C’était comme voir pour la première fois en couleurs quelque chose que vous avez toujours vu en noir et blanc. Je ne voulais pas donner ma version du scandale du Watergate. Toute la mythologie derrière cet évènement historique ne m’intéressait pas. Je voulais simplement comprendre qui était cet homme, quelles étaient ses motivations. 


Pourquoi avoir choisi Liam Neeson pour l’incarner ? 

P.L. :  Il a en lui l’intégrité que Felt avait, en tant qu’être humain et acteur. Il a aussi cette force tranquille dont j’avais besoin pour le personnage. 


Vous aviez réalisé Parkland qui se concentrait sur les hommes entourant JFK au moment de son assassinat. Pourquoi les personnes dans l’ombre vous fascinent-elles autant ? 

P.L. :  Je ne crois pas que le plus intéressant dans une histoire soit le héros ou la chose qui vous saute aux yeux. Vous apprenez souvent davantage des « acteurs secondaires », des anonymes qui étaient là, dans l’ombre. Quand il s’agit d’un tel événement, les vrais drames sont souvent ceux qui touchent ces personnes de second plan qui font le job et se retrouvent souvent en première ligne quand les problèmes surviennent. 

The Secret Man - Mark Felt réalisé par Paul Landesman avec Liam Neeson, Diane Lane... Dans les salles le 1er novembre 2017.

Plus d'articles

Sur le même sujet