Tout nous sépare : "Catherine Deneuve joue aussi un "sale type" dans mon film"

DirectLCI
INTERVIEW – Le réalisateur des film s"Le héros de la famille" et "Les Yeux de sa mère" réunit Catherine Deneuve, Diane Krüger et le rappeur Nekfeu dans son nouveau long-métrage, "Tout nous sépare". LCI a rencontré Thierry Klifa pour évoquer ces collaborations et ce polar qui puise ses références autant dans les films de Claude Chabrol et André Téchiné que dans le cinéma américain des 50's.

Est-il exact que ce film est né de votre envie de tourner à nouveau avec Catherine Deneuve ? 

Thierry Klifa : Totalement. Je voulais lui écrire un rôle de guerrière jusqu’au-boutiste, inédit pour elle. J’aime beaucoup les personnages qui vont jusqu’au bout de leurs envies et de leur destin. J’avais en tête les grandes héroïnes des films noirs américains des années 50 jouées par Barbara Stanwyck, Bette Davis ou Joan Crawford. Des actrices pour qui les hommes écrivaient des rôles assez "couillus", ce qui se fait peu aujourd’hui. Quand j’ai parlé du personnage à Catherine Deneuve, je lui ai d’ailleurs dit : "Si vous me dites non, il n’y a qu’une personne pour faire le rôle à votre place. C’est Clint Eastwood". Ca l’a fait rire et elle m’a dit de laisser Clint là où il était. 


Au-delà de la guerrière, c’est aussi une maman.

T.K. : Elle a un amour inconditionnel pour sa fille qu’elle veut sauver des dangers qui l’entourent et d’elle-même. Mais je crois que ce que Catherine Deneuve fait dans le film, toutes les mères le feraient dans une situation similaire. C’est du moins ce que me répondent les mamans à qui j’ai posé la question. L’amour d’une mère n’a pas de limites. 


L’association Diane Kruger-Catherine Deneuve s’est faite rapidement dans votre esprit ? 

T.K. :  Oui. Je voulais travailler avec Diane depuis longtemps. Je l’avais trouvée formidable dans Mon idole, Les Adieux à la reine ou Inglourious Basterds. Et puis, elles ont avec Catherine cette même blondeur hitchcockienne, cette beauté incroyable. Les rassembler dans un polar me plaisait beaucoup. Vous savez, si j’avais fait ce film dans les années 70, j’aurais rêvé de faire tourner Catherine et Romy Schneider. Et je vois des corrélations entre Diane et Romy Schneider. Pas seulement parce qu’elles sont allemandes et ont cette pointe d’accent mais parce qu’elles ont la même hypersensibilité, cette façon de vivre les situations entièrement. 

En vidéo

Tout nous sépare : la bande-annonce

Le film joue aussi sur la confrontation de deux mondes...

Je voulais rapprocher des univers qui n’auraient jamais dû se croiser et qui apprennent à se connaître, à se reconnaître, voire à s’apprécier. Plus encore que le message social que le film pourrait délivrer, j’aimais l’idée de faire tomber les masques, d’aller au-delà des apparences, de ce qu’on imagine les uns sur les autres. Car ce qui manque finalement le plus à notre société, c’est le dialogue. Il y a quelque chose d’assez clivant dans la manière dont les politiques peuvent nous parler, ou dans la façon dont les journalistes répartissent le monde en catégories. Dans ce film, à travers le personnage de Catherine Deneuve issu d’un milieu privilégié et celui de Nekfeu issu d’une cité du Sud, je montre que le bad guy n’est pas forcément celui qu’on croit. Comme ils le disent dans le film, Catherine Deneuve joue aussi "un sale type". 


Comment avez-vous choisi Nekfeu pour lui faire face ? 

Au départ, je pensais prendre un inconnu : j’aime bien mélanger les familles, les générations, les genres. Et puis, je suis tombé sur une couverture des Inrocks qu’il avait faite avec Virginie Despentes, au moment où il sortait son premier album solo. Je l’ai rencontré, il a aimé le scénario, passé des essais et ça a marché. Catherine a pris beaucoup de plaisir à tourner avec lui et à le voir naitre au cinéma. Et pour un réalisateur, quand on a l’icône du cinéma français, c’est intéressant de la confronter à une icône d’aujourd’hui, représentative de la jeunesse, de notre époque, et de s’apercevoir qu’il n’y a pas tant de différences  que cela entre eux.

Tout nous sépare réalisé par Thierry Klifa avec Catherine Deneuve, Nekfeu, Diane Kruger, Nicolas Duvauchelle... Dans les salles le 8 décembre 2017.

Plus d'articles

Sur le même sujet