Un incroyable safari en Afrique au prix d'une place de cinéma

Un incroyable safari en Afrique au prix d'une place de cinéma

DirectLCI
DEPAYSEMENT - En salles mercredi, "African Safari 3D" est l'un des documentaires les plus chers de l'histoire. Porté par de très belles images, il fera vivre à son public un voyage rempli de surprises.

Qui a dit qu'un safari en Afrique coûtait trop cher ? Avec African Safari 3D, Ben Stassen exauce le rêve de plus d'un aventurier en proposant un impressionnant voyage au prix d'une place de cinéma. Avec un budget de 10 millions d'euros, le réalisateur a déplacé ses caméras high-tech dans les zones les plus incroyables du continent africain pour en explorer les trésors. Soit un périple de 6000km allant de l'Océan Atlantique jusqu'aux abords magiques du Kilimandjaro en Tanzanie.

Second documentaire de l'histoire entièrement tourné en relief et en milieu sauvage, cette œuvre devrait émerveiller les plus jeunes. Nul doute qu'ils demeureront cois devant les innombrables bêtes croisées en chemin. La 3D, réellement immersive, leur permet justement d'être au plus près des animaux, à l'instar de cette séquence où les trompes des éléphants s'approchent des caméras. Au gré des étapes, c'est finalement toute la beauté d'un continent qui irradie l'écran : ses cascades vertigineuses, ses paysages sablonneux, ses guépards véloces, ses hippopotames méfiants...

African dream

En pirogue, en 4x4 ou en montgolfière, l'odyssée en vaut définitivement la chandelle. Le dépaysement est suffisamment fort pour donner au public l'impression d'être allé dans un ailleurs spectaculaire, vers des contrées inaccessibles pour le commun des mortels. Du cratère du Ngorongoro aux chutes Victoria, du Serengueti au désert du Kalahari, la caméra se faufile partout et compose un joli poème écologique. On déplorera hélas une voix off débilitante ainsi que les nombreux dialogues insipides du couple réalisant le safari. Deux zigotos frôlant l'orgasme devant chaque coucher de soleil et voulant nous prouver, toutes les dix secondes, qu'ils prennent des risques inconsidérés pour nous offrir ce documentaire.

Plus d'articles