Une suite qui dérange : Al Gore, la nature dans la peau

DirectLCI
PORTRAIT – L’ex vice-président des Etats-Unis revient au cinéma onze ans après "Une vérité qui dérange" dans la suite de ce documentaire écolo oscarisé. A l’occasion de la sortie en salle de ce second film, "Une suite qui dérange : le temps de l’action", LCI revient sur le parcours de ce politicien et fervent défenseur de l’environnement.

Est-ce la politique qui lui a donné le sens du spectacle ? Sans doute tant Al Gore semble à l’aise face caméra, dans les documentaires Une vérité qui dérange et sa suite, ou sur une scène, lors des conférences qu’il donne régulièrement pour alerter le grand public sur les menaces qui pèsent sur notre planète. La défense de l’environnement est en effet devenu son cheval de bataille depuis la fin de sa carrière politique. 


Laquelle fut majoritairement marquée par ses années aux côtés de Bill Clinton dont il fut le vice –président démocrate de 1993 à 2001, avant de se lancer lui-même dans la course au titre suprême face à George W. Bush qui l’emportait d’un cheveu (contesté) en 2000. Bien qu’il obtînt plus de voix que son adversaire au niveau national, le système des grands électeurs et le soutien de la Floride pour le candidat républicain lui firent en effet perdre l’élection. 


Dès lors, ce fils de sénateur, ancien élève à Harvard, se retirait de la vie politique pour se consacrer à la cause qui lui tient le plus à cœur : la sauvegarde de notre planète et la lutte contre le réchauffement climatique. Devenu militant et porte-parole "officiel" de ce combat essentiel, il sera le héros d’un documentaire de Davis Guggenheim, Une vérité qui dérange, qui recevra non seulement l’Oscar mais contribuera aussi au prix Nobel de la paix qu’Al Gore obtiendra en 2007. 

En vidéo

Une suite qui dérange : l'extrait 'Inondation"

Mais hors de question de se reposer sur ses lauriers malgré cette petite victoire personnelle : à presque 70 ans, l’ancien politicien, également homme d’affaires spécialisé dans l’économie durable, parcourt ainsi les Etats-Unis autant que possible pour mettre en garde contre les crises sanitaires, sociales, économiques, politiques et environnementales qu’engendre le réchauffement climatique et communiquer sur les solutions à adopter. Au point que son combat, toujours d’actualité mais en danger depuis l’élection du climato-sceptique Trump, donne aujourd’hui naissance à un second documentaire de Bonni Cohen et Jon Shenk, Une suite qui dérange : le temps de l'action, en salle le 27 septembre. 

Plus d'articles

Sur le même sujet

Lire et commenter