VIDEO - 3 bonnes raisons d'applaudir les animaux chanteurs de "Tous en scène"

DirectLCI
ON AIME – Après "Les Minions" et "Comme des bêtes", la société de production Illumination Entertainment fait chanter et swinguer les animaux dans le très sympathique et entraînant "Tous en scène". Un spectacle pour toute la famille qui promet d’affoler les compteurs du box-office.

4 milliards de dollars de recettes globales en six films… Il y a pire comme ratio. Depuis sa création en 2007 par Chris Meledandri, la société de production Illumination Entertainment, portée par les succès de la saga Moi, moche et méchant et de ses fameux Minions, est plus prospère que jamais. En atteste le triomphe récent de son avant-dernier projet, Comme des bêtes, crédité à 875 millions de dollars au box-office mondial. Et la belle histoire n’est pas prête de s’arrêter… 


Tous en scène et sa galerie bigarrée d’animaux chanteurs, en salles ce mercredi, s’oriente clairement vers ce même chemin pavé de lauriers. Un mois après sa sortie US, le long métrage d’animation a en effet déjà glané 428 millions de billets verts. Un plébiscite commercial pas si étonnant tant sa formule, savamment huilée, est imparable. Voilà pourquoi !

  • 1Parce que les télé-crochets, ça fait des étincelles

    Vous êtes accros à The Voice et autre Nouvelle Star ? Tous en scène est sans nul doute fait pour vous ! Si vous n’y trouverez ni fauteuil rouge qui se retourne, ni tirades cosmico-philosophiques d’André Manoukian, cette joyeuse parenthèse mise en scène par Garth Jennings affiche en revanche un manitou de charme : Buster Moon. Ce koala passionné trime pour redorer le blason de son grand théâtre, auparavant fleuron de la culture. Alors qu’il s’apprête à faire tomber le rideau, son optimisme le pousse in extremis à une dernière tentative de réanimation : l’organisation d’une compétition de chant ouverte à tous. Une sélection burlesque qui n’a rien à envier aux programmes télé actuels. Tout y est : l’introduction des concurrents, leur préparation, leur casting et leurs casseroles.
  • 2Parce que l’anthropomorphisme marche à plein régime

    Octroyer aux animaux des comportements humains. Tel semble être le dada actuellement en vigueur du côté des grosses productions animées. Après Zootopie et sa ville peuplée de bêtes, Tous en scène déploie son intrigue dans un Los Angeles coloré et de toute beauté. Une grande ville tourbillonnante où les crocodiles, les escargots ou les chiens cohabitent joyeusement. Au-delà d’un travail d’anthropomorphisme considérable, les équipes d’Illumination ont dépossédé avec intelligence certains animaux de ce qui les distingue habituellement. On croisera ainsi une maman-cochon fée du logis qui s’occupe de sa tripotée d’enfants avec propreté et maniaquerie. Buster Moon, le héros, ressemble par ailleurs à un koala mais son entrain tranche avec le profil léthargique de son espèce.
  • 3Parce ça chante et ça danse (beaucoup)

    Un cochon qui se prend pour Jennifer Beals dans Flashdance, un alligator 100% swag passé maître dans l’art du hip hop, des lapines qui défient Beyoncé et Shakira en osant des déhanchés de folie ou un chimpanzé qui chante avec la grâce d’un crooner… Il y en a pour tous les goûts et toutes les sensibilités. Au total, le spectateur curieux pourra se trémousser sur 65 chansons parmi lesquelles se glissent Cindy Lauper, Kanye West, Queen, Katy Perry, Seal ou Carly Rae Jepsen. Rien que ça ! Une bande originale idéale pour taper du pied en suivant avec gourmandise la trajectoire d’un koala qui, dans sa passion et son enthousiasme, va illuminer la vie des autres et ériger le vivre-ensemble sur les plus hautes sphères de sa ville. Ne boudez pas votre plaisir.

Plus d'articles

Sur le même sujet

Lire et commenter