VIDÉO - César 2017 : les 5 grands oublis des nominations

VIDÉO - César 2017 : les 5 grands oublis des nominations

DISPARUS - Alors que les nominations pour la 42e cérémonie des César sont tombées ce mercredi, voici un florilège de cinq grands oublis, du "Nocturama" de Bertrand Bonello à l'absence de Lambert Wilson pour le César du meilleur acteur.

On le sait depuis ce mercredi : les films Elle de Paul Verhoeven et Frantz de François Ozon dominent les nominations pour les César, dont les organisateurs ont défendu le choix comme président de la cérémonie de Roman Polanski, qui a jeté l'éponge mardi. 

En attendant le verdict des lauréats qui aura lieu le 24 février prochain, voici un petit tour d'horizon des films et des perfs oubliés dans les nominations. Des oublis d'autant injustes qu'ils ont marqué chacun à sa façon l'année cinéma qui vient de s'écouler. 

Toute l'info sur

La cérémonie des César 2017

"Nocturama", "Rester Vertical"... Les films radicaux et singuliers pas du tout, ou pas assez, nommés aux César 2017

Ainsi, de Nocturama de Bertrand Bonello à Personal Shopper de Olivier Assayas (récompensé par une Prix de la mise en scène au dernier Festival de Cannes), en passant par la performance de Lambert Wilson dans L'odyssée, voici ce que l'Académie a peut-être manqué. 

Outre ceux mentionnés dans la vidéo ci-dessus, signalons les absences déplorées de Louise en hiver et des trop faibles nominations pour Rester Vertical, Réparer les vivants (nommés seulement une fois) et Quand on a 17 ans (deux prix de maigre consolation). 

Lire aussi

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

Covid-19 : pourquoi le nombre de jeunes en réanimation continue d'augmenter ?

EN DIRECT - Covid-19 : le nombre de patients en réanimation à son plus haut niveau depuis fin novembre

La mort d'Olivier Dassault complique un peu plus la succession à la tête de l'entreprise familiale

Covid-19 : aux États-Unis, les personnes vaccinées peuvent se réunir sans masque

La vaccination obligatoire des soignants "reste une possibilité", rappelle Gabriel Attal

Lire et commenter