VIDEO - Comment Charlotte Le Bon s’est initiée au sado-masochisme pour jouer dans "Iris"

CINÉMA
DirectLCI
COQUINE – C’est sans doute le rôle le plus hot de sa jeune carrière d’actrice. Pour les besoins du tournage de "Iris", en salles ce mercredi, Charlotte Le Bon a côtoyé de près une experte du sado-masochisme qui lui appris quelques petits "trucs". LCI.fr est allé recueillir ses confidences…

Pour Charlotte Le Bon, il y aura un avant et un après Iris. Dans ce thriller sulfureux en salles ce mercredi, l’ex-Miss Météo du "Grand Journal" de Canal +, époque Michel Denisot, interprète la femme fatale qui fait tourner la tête de Romain Duris et de Jalil Lespert, également réalisateur de cette libre adaptation de Chaos, un film inédit en France de Hideo Nakata, l’auteur de Ring


Le pitch ? Antoine Doriot (Jalil Lespert), riche banquier d’affaires, vient de déjeuner avec Iris (Charlotte Le Bon), son épouse, dans un grand restaurant parisien lorsque celle-ci disparaît mystérieusement. Max (Romain Duris), garagiste en faillite, y serait-il pour quelque chose ? On ne vous dira pas plus de l’intrigue de ce film de genre qui enchaîne les rebondissements (vraiment) surprenants.

J’ai assisté à une vraie séance entre dominant et dominéCharlotte Le Bon

En revanche histoire de vous mettre l’eau à la bouche, nous sommes allés demander à Charlotte Le Bon comment elle s’était préparée pour certaines séquences "extrêmes", à faire pâlir jalousie Christian Grey. "J’ai rencontré Betony Vernon, une anthropologue sexuelle, auteure de La Bible du boudoir, un guide du plaisir", raconte la jolie Québécoise au sujet de cette Américaine de 48 ans, installée à Paris. "Elle est aussi designer de bijoux et d’instruments à vocation sexuelle." Rien que ça.


"Avec elle, j’ai assisté à une vraie séance entre dominant et dominé pour essayer de comprendre, démystifier ce monde que moi-même je jugeais pervers, vulgaire, voire déviant", poursuit Charlotte Le Bon. "Je me suis rendue compte que le lien de confiance entre le dominant et le dominé était primordial. Qu’il y avait beaucoup d'amour, beaucoup de tendresse. Et que lorsqu'on parlait de violence c'était moins de la violence au sens propre qu'un besoin auquel le dominant peut répondre."


De là à ce que Charlotte Le Bon soit devenue une adepte du SM… "Non, je ne pratique pas, je laisse ça aux expertes (...) Après je pense qu'on a tous ce côté dominant et dominé dans nos relations. Parfois on est dans une période où on se sent dominant, parfois on se sent soumis et la relation fonctionne très bien comme ça. Après certaines personnes osent davantage plonger et aller loin là-dedans, explorer sans aucune forme de peur pour s'offrir beaucoup de plaisir. Alors pourquoi pas ?".

En vidéo

Iris : Romain Duris et Charlotte Le Bon dans la bande-annonce

Lire aussi

Plus d'articles

Lire et commenter