VIDÉO - Le réalisateur de "Happy Birthdead" nous livre sa recette du parfait film d'horreur

DirectLCI
POTION MAGIQUE - Scénariste et réalisateur du quatrième volet de "Paranormal Activity", l'Américain Christopher Landon fait vivre une journée d'enfer à l'héroïne de son nouveau long métrage, "Happy Birthdead", en salles ce mercredi 15 novembre. Mais que faut-il pour faire un bon film d'horreur ? Pour LCI, il est passé derrière les fourneaux.

Il aime se faire peur. Et surtout faire peur aux autres. Christopher Landon, scénariste de trois des quatre volets de la saga Paranormal Activity, poursuit sa collaboration avec les productions Blumhouse avec Happy Birthdead, la journée sans fin d'une étudiante blonde, membre d'une sororité, qui meurt, se réveille et recommence. Une idée de départ simple mais très efficace car le film s'est payé le luxe de déloger le très attendu Blade Runner 2049 de la première place du box-office US le week-end de sa sortie avec 26,5 millions de dollars de recettes.

Je n'aurais jamais imaginé qu'on batte "Blade Runner 2049" dès notre premier week-end d'exploitationChristopher Landon, un homme heureux

"Evidemment que j'étais heureux, plus qu'heureux. J'étais soulagé et excité. Mais c'est marrant. Le box-office est quelque chose de très compétitif mais pour moi c'est d'abord une joie, la joie que les gens aient vu le film, l'aient aimé", nous a expliqué son réalisateur Christopher Landon, venu présenter le film en avant-première au Paris Comic-Con fin octobre. S'il a "vu Blade Runner 2049 et l'a trouvé magnifique", il n'aurait "jamais imaginé  qu'on le batte dès notre premier week-end. C'est un gros film avec des stars et nous, nous sommes un tout petit film".

En vidéo

"Happy Birthdead" : la bande-annonce VF

La clé du succès de Happy Birthdead ? Une héroïne (Jessica Rothe) qui crève l'écran et une bonne dose d'humour. "Quelqu'un chez Universal a parlé d'un film d'horreur feel good et ça me va, j'aime bien", sourit Christopher Landon qui voulait que son long métrage soit "drôle, émouvant, avec une pointe de romance". La recette fonctionne très bien à l'écran. Alors on ne pouvait que lui demander quels étaient les trois ingrédients indispensables pour réaliser le film d'horreur parfait. On prend bonne note pour une éventuelle reconversion.

Plus d'articles

Sur le même sujet