VIDEO - "In The Fade" : comment Diane Kruger a construit le plus beau rôle de sa carrière

DirectLCI
ZOOM - Dans "In The Fade", en salles ce mercredi; Diane Kruger livre une performance époustouflante, justement saluée par le prix d’interprétation à Cannes l’an dernier. Le fruit de sa rencontre avec le cinéaste allemand Fatih Akin, 25 ans après avoir quitté son pays natal. Rencontre.

Il y a des rôles qui comptent plus que d’autres dans la carrière d’un acteur. Lorsqu’en 2012, Diane Kruger confie à Fatih Akin, au détour d’une soirée au Festival de Cannes, qu’elle rêve de travailler avec son compatriote cinéaste, la comédienne allemande est loin d’imaginer que l'auteur de "Head On" et "De l'autre côté" va lui écrire, quelques mois plus tard, un personnage aussi fort que celui de Katja, l’héroïne de "In The Fade". Encore moins qu’il va lui permettre de décrocher le prix d’interprétation sur la Croisette, cinq ans plus tard.


Passant du deuil à la colère, du désespoir à la détermination, celle qu’on a découvert il y a 15 ans dans "Mon idole", le premier film de Guillaume Canet, livre une performance d’une intensité rare, sous tension permanente, scotchant le spectateur de la première à la dernière seconde de ce thriller psychologique, inspiré par une série de crimes racistes commis en Allemagne au début des années 2000. Reste que si la comédienne est impériale à l’écran, tout n’a pas été aussi simple pour elle.

Ce deuil profond, cette tristesse, cette perte, je ne savais pas forcément comme m’y prendreDiane Kruger

"Au début, je n’étais pas sûre que j’y arriverais en fait. Et le pire, c’est que je sentais que Fatih n’en était pas 100% persuadé non plus", avoue Diane Kruger à LCI. "J’ai mis du temps à entrer dans le personnage, à le préparer. D’abord parce que je n’ai pas d’enfant. Et puis ce deuil profond, cette tristesse, cette perte, je ne savais pas forcément comme m’y prendre. J’ai essayé toutes les peaux, tous les registres que je pouvais. Toutes les facettes du personnage. En fait je l’ai créée dans ma tête avec Fatih."

En vidéo

Fatih Akin : "Diane Kruger dans In The Fade, c’est De Niro dans Taxi Driver"

Avant le tournage, à Hambourg, le cinéaste et la comédienne sont allés à la rencontre des proches de victimes de plusieurs meurtres. Par souci de réalisme, mais surtout afin de ne pas caricaturer des drames qui font écho, forcément, à la vague d’attentats qui secoue l’Europe ces dernières années. "Je ne pensais pas que je pourrais ressentir autant d’empathie et d’émotion pour la douleur des autres", avoue la comédienne, encore émue. "Ca m’a bien remis les pendules à l’heure, je crois", ajoute cette habituée des plateaux hollywoodiens.


25 ans après avoir quitté l’Allemagne, pour se lancer dans une carrière de danseuse, avortée suite à une grave blessure, c’est en tournant pour la première fois dans sa langue natale que Diane Kruger connaît aujourd’hui son plus grand succès. Après le sacre cannois de son interprète, "In The Fade" vient de décrocher le Golden Globe du meilleur film étranger. Et fait désormais figure de grand favori dans la course à l’Oscar qui sera remis le 4 mars prochain.


>> "In The Fade", de Fatih Akin. Avec Diane Kruger, Numan Acar, Ulrich Tukur. En salles le 17 janvier

Plus d'articles

Sur le même sujet

Lire et commenter