VIDÉO - Kate Beckinsale sur #MeToo à Deauville : "On nous prend plus au sérieux qu'avant"

STAR - Hommagée au 44e Festival de Deauville, la comédienne Kate Beckinsale profite de son passage en Normandie pour rappeler d'une part qu'elle vaut mieux que la simple actrice de "Underworld" et aussi pour s'exprimer sur #Metoo en conférence de presse.

Bonne idée que de rendre hommage à Kate Beckinsale. On ne souligne jamais assez à quel point cette comédienne sous-estimée est autant à son aise chez Kenneth Branagh adaptant Shakespeare qu'en vampire invincible dans Underworld. Car, oui, Kate est capable d'apparaître dans le Aviator de Martin Scorsese que dans le Pearl Harbour de Michael Bay. C'est ce que l'on appelle "faire le grand écart". Et alors ? Libre à elle de ne rentrer dans aucune case.


Ce dimanche, la star était au Festival de Cannes pour un hommage en bonne et due forme. Et comme toutes les stars de passage en Normandie, elle a inauguré sa cabine sur les Planches en prenant le temps de signer TOUS les autographes de fans hurlant à la mort des "Kaaaaaaate" résonant encore dans les rues de Deauville.

En vidéo

REGARDEZ. Kate Beckinsale sur les planches de Deauville

Weinstein l'a agressée à 17 ans

En pleine conférence de presse, Kate Beckinsale alternait frivolité amusée ("C'est si plaisant d'avoir une si petite chose portant son nom dans cette si jolie ville. Et un endroit où je peux changer mes culottes, si besoin !") et tonalité plus sérieuse, notamment lorsqu'il s'agit de revenir sur le #MeToo en vigueur, mouvement auquel Kate a explicitement pris partie : "Sur la question d’Asia Argento, je n’ai pas assez d’infos pour en parler précisément. Tout ce que je sais, c'est que grâce à #MeToo, si on se retrouve sur un lieu de travail avec une personne puissante abusive, si on signale cette personne, on nous prend plus au sérieux qu’avant." 


Fin 2017, Kate Beckinsale confiait via son compte Instagram avoir refusé les avances du producteur Harvey Weinstein quand elle avait 17 ans. Dans ce post, elle disait en substance : "Nous devons tous empêcher ce genre de situations de se reproduire. Nous ne pouvons plus laisser les jeunes femmes être perçues comme des proies sexuelles. Souvenons-nous que Harvey est l’emblème d’un système malade. On a un gros travail à faire." 

Mais que l'actualité n'éclipse pas son talent d'actrice ! Les cinéphiles festivaliers de Deauville auront la chance de la (re)découvrir ce dimanche soir dans Love and Friendship, une adaptation du roman épisotolaire de Jane Austen par le réalisateur culte Whit Shitman. Bonne pioche, elle y est impériale (et impérialement bitchy !). Et les spectateurs de sortir de la salle bluffés. Kate, bluffante, comme on aime.

Tout savoir sur

Tout savoir sur

#BalanceTonPorc, le hashtag qui réveille les consciences contre le harcèlement

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter