VIDEO - "La fête est finie" : l’amitié comme drogue ultime

DirectLCI
COUP DE COEUR - Dans "La fête est finie", en salles ce mercredi, la réalisatrice Marie Garel-Weiss raconte la rencontre entre deux jeunes femmes victimes d’addiction. Un drame réaliste porté par les comédiennes Zita Hanrot et Clémence Boisnard.

C’est un premier film pas tout à fait comme les autres. Dans "La Fête est finie", la réalisatrice Marie Garel-Weiss s’est inspirée de sa propre expérience dans un centre d’aide et de prévention des toxico-dépendances. "On est comme un enfant qui découvre tout, alors on se casse la gueule, on manque de chavirer", raconte l’intéressée à LCI. Ses personnages, ce sont Céleste et Sihem, deux jeunes femmes qui débarquent au centre le même jour. Et vont sceller une amitié qui leur permettra d’affronter leurs démons respectifs.


"Quand Céleste arrive dans le centre, elle est toute nue. Elle n’a plus son produit, elle se retrouve face à elle-même et elle doit s’accrocher à quelque chose", explique son interprète, la jeune comédienne Clémence Boisnard, repérée en boite de nuit par la directrice de casting du film et qui n'avait jusqu'ici tenu qu'un petit rôle dans "L’Age atomique" de Héléna Klotz, en 2012.

Face à elle on retrouve Zita Hanrot, lauréate du César du meilleur espoir féminin en 2016 pour son rôle dans "Fatima" de Philippe Faucon. "Ces deux filles se jettent l’une sur l’autre, vu qu’elles n’ont plus leur drogue", observe celle-ci. "Elles s’engouffrent dans cette relation, avec les bons et les mauvais côtés. C’est un parcours qui n’est pas simple, mais comme pour sortir de toute maladie."


Si l’alchimie entre les deux comédiennes est évidente à l’écran, c’est parce qu’elles ont vécu ensemble, en amont du tournage, à la demande de la réalisatrice. "C’était une bonne idée car ça nous a permis de trouver un lien vraiment intime", admet Zita Hanrot, qu’on retrouvera prochainement dans "Carnivores", le premier film de Jérémie et Yannick Rénier.

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter