VIDEO - Marina Foïs : "Aucun enfant n'a été blessé sur le tournage de 'Papa ou Maman'"

VIDEO - Marina Foïs : "Aucun enfant n'a été blessé sur le tournage de 'Papa ou Maman'"
CINÉMA

INTERVIEW - Dans "Papa ou Maman", comédie culottée écrite par les scénaristes du Prénom, elle divorce et se bat pour ne pas avoir la garde de ses enfants. Ce rôle lui aura permis d’évacuer son stress de maman mais aussi de partager la vedette avec son pote Laurent Lafitte. Rencontre.

C’est le "politiquement incorrect" du film qui vous a d’abord attirée ?
J’aime la transgression et le rire médecin, comme disait Molière. Le film de Martin (Bourboulon, le réalisateur, ndlr) permet de déculpabiliser et d’expulser la pire part de soi-même : tous les parents ont un jour failli péter un câble parce qu’ils étaient à bout de nerfs ou excédés par leurs mômes.

En quoi l’écriture de cette comédie était-elle différente à vos yeux ?
Alexandre de la Patellière et Matthieu Delaporte font rire avec des situations quasi dramatiques. Ce qui arrive aux personnages est désespérant : c’est l’histoire d’un amour qui ne marche plus, d’un divorce qu’ils voulaient parfait et qui va être catastrophique. Vécu de l’intérieur, c’est très noir, mais pour le spectateur, c’est jubilatoire. J’adore ce décalage.

Jouer avec Laurent Lafitte, votre ami depuis 20 ans, a pesé dans la balance?
Bien sûr : on était au cours Florent ensemble et la familiarité d’un couple qui a 15 ans de vie commune, on la connaît. Il n’y a ni pudeur ni timidité entre nous: je peux tout proposer face à lui et inversement. Et, malgré la taille énorme de mon ego, j’aime bien faire rire à plusieurs. Tout ça est très calculé : Laurent me met en valeur et c’est tout bénef pour moi !

"Je n’ai jamais donné de fessée à mes enfants"

Vous disiez-vous parfois que les gags allaient trop loin ?
Si on comprend la douleur des personnages, leur frustration, si on voit la folie leur tomber dessus, alors, il n’y a plus de limites. Tout peut être drôle quand ce n’est pas gratuit.

Même donner une baffe à un gamin ?
Moi, je n’ai pas de problèmes moraux à ce qu’une mère balance un yaourt à la gueule de son fils. Tous les parents ont un jour débordé ou eu envie de le faire. Non que je le cautionne mais je le comprends. Je n’ai par exemple jamais donné de fessée à mes enfants mais dans le cadre d’une comédie transgressive dans laquelle on illustre le fantasme et le désespoir de parents en perte de leurs moyens, c’est cohérent. Et aucun enfant n’a été blessé sur le tournage !

Quelle est la suite pour vous ?
Je vais tourner L'Aréoport, le prequel de La tour Montparnasse infernale, avec Eric et Ramzy. C’est une vieille histoire entre nous : la toute première fois qu’ils sont montés sur scène, nous étions dans la salle avec les Robins des Bois. PEF est devenu leur metteur en scène. Aucun de nous n’était alors connu.

Quid de retrouvailles avec Les Robins justement ?
Si on avait une bonne idée de film qui nous ressemble, pourquoi pas.

Vous pourriez l’écrire ?
Mais je n’ai rien à dire et je n’ai pas de nécessité impérieuse d’ouvrir ma gueule autrement qu’à travers l’interprétariat.

Lire et commenter

Alertes

Recevez les alertes infos pour les sujets qui vous intéressent