VIDÉO - "Massacre à la tronçonneuse" : 5 anecdotes à connaître sur le film de Tobe Hooper

DirectLCI
CULTE - Tobe Hooper est décédé ce samedi à 74 ans. Le cinéaste américain était surtout connu pour avoir réalisé "Massacre à la tronçonneuse" en 1974, l'un des films d'horreur les plus appréciés des cinéphiles.

Cinq amis arpentent le Texas à bord d'un minibus au début des années 1970 lorsqu'ils prennent un vagabond en stop. Très vite, le nouveau venu se montre menaçant et un curieux malaise s'installe. Un peu plus tard, les cinq s'arrêtent dans une station-service déserte et commencent à explorer les environs... jusqu'à une maison où ils n'auraient jamais dû entrer.


Ce synopsis simple mais efficace pose les jalons de l'un des films d'horreur les plus traumatisants du cinéma moderne. Massacre à la tronçonneuse, de Tobe Hooper sort dans les salles en 1974 et très vite sa violence crée la controverse, à tel point que le film sera interdit dans plusieurs pays. Production indépendante, le film dispose d'un budget très restreint mais parvient toujours à terrifier, plus de 40 ans après sa sortie.

Le film est inspiré librement d’un fait divers des années 1950

Dans Massacre à la tronçonneuse, un monstre dégénéré exécute froidement tous les inconnus qui s’approchent de sa maison. Mais outre son arme de prédilection, la tronçonneuse, c’est aussi sa passion morbide pour la collection de restes humains. Le tueur, surnommé "Leatherface", s’est fabriqué un masque à partir du visage de ses victimes. Il s’inspire librement d’Ed. Gein, un tueur en série qui a sévi à la fin des années 1950 dans le Wisconsin. 


L’assassin, surnommé le boucher de Plainfield, s’est illustré en tuant plusieurs femmes et en déterrant des cadavres. Lorsque les policiers l’ont arrêté, ils ont découvert dans sa ferme les restes d’une quinzaine de corps différents et des objets confectionnés à partir de lambeaux humains.


Ce fait divers a aussi inspiré le personnage Hannibal Lecter dans Le silence des Agneaux et Norman Bates dans Psychose.

Le film a popularisé le genre du slasher

Freddy Krueger, Jason Voorhes, Michael Myers, tous ces tueurs monstrueux ont été inspirés de Leatherface. Le "slasher-movie", un sous-genre du cinéma d'horreur obéit à des codes spécifiques, un tueur psychopathe, masqué ou défiguré, qui décime un à un les membres d'un groupe, avec une arme qui l'identifie. 


Très populaire à la fin des années 70 et au début des années 80, ce genre a parfois dérivé vers la série B voire vers le nanar pur.

Le réalisateur a choisi la tronçonneuse pour une raison spécifique

Si la tronçonneuse est un élément essentiel du film, elle n'est pourtant utilisée que brièvement. Tobe Hooper a doté son personnage de cet outil de jardinage pour son bruit terrifiant et immédiatement identifiable. 


Mais le réalisateur a également reconnu dans une interview qu'il s'était servi de ce bruit pour meubler certains passages du film dépourvus de musique, réalisant ainsi des économies sur le budget. Le film, tourné en un seul mois est une production indépendante avec un minuscule budget de 140.000 dollars. 

Le film a été censuré dans de nombreux pays

Si le film a été récompensé par le prix de la critique au Festival international du film fantastique d'Avoriaz en 1976, il a néanmoins suscité la controverse à sa sortie, deux années avant. En France, le film est interdit après une semaine d’exploitation. Il sera finalement rediffusé dans sa version intégrale en 1981 mais interdit aux mineurs. En Finlande, le film a été interdit pendant 22 ans et n’est sorti qu’en 1996. Idem en Grande-Bretagne, où il est sorti en 1999.

Une franchise lucrative

Preuve que le film reste toujours une référence du genre, un nouveau remake intitulé Leatherface, réalisé par Alexandre Bustillo et Julien Maury, va sortir en septembre prochain. Mais entre ce remake et l'original, six autres films ont montré les meurtres de Leatherface et de sa famille dégénérée. 


Tobe Hooper a également réalisé la suite en 1986, avec Dennis Hopper au casting. Jeff Burr a réalisé le troisième volet en 1990 et Kim Henkel, le scénariste du premier film a réalisé un volet en 1994 avec Matthew McConaughey. Il y a eu ensuite un premier remake en 2003 avec Jessica Biel, puis un prequel de ce remake en 2006.


Un autre film est sorti en 3D en 2013, qui met en scène la suite du film original, 39 ans après.

Plus d'articles

Sur le même sujet

Lire et commenter