VIDEO - "Nocturnal Animals" : la vengeance est un plat qui se mange Ford

CINÉMA
DirectLCI
NOTRE AVIS – Pour sa deuxième réalisation, après "A Single Man", Tom Ford signe un thriller psychologique au style flamboyant et à la construction fascinante, porté par un casting cinq étoiles. Le premier grand film américain de 2017.

Elle s’appelle Susan, elle est galeriste à Los Angeles, partage la vie (le vide ?) d’un playboy qui la trompe en voyage d’affaires. Un matin, elle reçoit au bureau le manuscrit d’un roman, écrit par Edward, son éphémère premier mari, 20 ans plus tôt. Dès la lecture des premières pages, cette grande bourgeoise au bord de la crise de nerfs est captivée, fascinée, révulsée… La lecture va non seulement l’empêcher de dormir. Mais aussi la pousser à s’interroger sur l’existence qu’elle s’est choisie. 


Nocturnal Animals est le deuxième film de Tom Ford, plébiscité pour son passage derrière la caméra avec A Single Man, interprété par Colin Firth. Le styliste américain a lui-même écrit le scénario de cette adaptation du roman Tony and Susan, de l’écrivain Austin Wright. Dans une interview récente accordée à The Hollywood Reporter, l’ex-apôtre du porno chic raconte s’être reconnu dans la crise existentielle que traverse l’héroïne. La petite histoire ne dit pas si l’un de ses ex en a fait un best seller...

Un film noir qui transcende ses références

Si Amy Adams excelle dans le rôle de Susan, Jake Gyllenhaal se taille la part du lion, jouant à la fois Edward, le mari autrefois éconduit, et Tony Hastings, le héros du roman dont la vie va être bouleversé à jamais par un fait divers sordide, sur une route du Texas. A priori sans rapport, la réalité et la fiction vont s’entremêler sous nos yeux, par petites touches – une ressemblance physique, une anecdote intime – pour finalement constituer la trame d’une vengeance aussi glaciale qu’inattendue. 


Visuellement, Nocturnal Animals emprunte au Mulholland Drive de David Lynch dans sa représentation d’un Los Angeles au glamour presque aussi inquiétant que la fiction d’Edward, polar poisseux dans le ventre d’une Amérique hors du temps, quelque part entre Deliverance de John Boorman et 21 Grammes d’Alejandro Inarritu. Mais résumer le style Ford à ses emprunts serait réducteur. 


Son film est intense, coloré, étrange, imprévisible et viscéral comme il faut. Sa construction, déroutante sur le papier, s’impose comme une évidence au fil des minutes. Après son travail avec Colin Firth dans A Single Man, il s’impose une nouvelle fois comme un brillant directeur d’acteurs, tirant le meilleur de ses stars, parmi les plus fascinantes du moment. Amy Adams et Jake Gyllenhaal bien sûr. Mais aussi Michael Shannon et Aaron Taylor-Johnson dans des seconds rôles cruciaux pour l’intrigue de ce premier grand film de l’année 2017. Amateurs de films noirs, foncez-y !

En vidéo

Nocturnal Animals : making of Love Story

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter