VIDEO - On a vu "Ça" au Festival de Deauville... et c'est effrayant

DirectLCI
FRISSONS - Présenté en avant-première au 43e Festival de Deauville, "Ça" de Andy Muschietti, adaptation cinématographique d'un roman cauchemardesque de Stephen King, a fait disjoncter le trouillomètre. Pari réussi.

Plusieurs disparitions d'enfants sont signalées dans la petite ville de Derry, dans le Maine. Au même moment, une bande d'adolescents doit affronter un clown maléfique et tueur, du nom de Pennywise, qui sévit depuis des siècles. Ils vont connaître leur plus grande terreur…


Si vous étiez adolescent dans les années 90, vous vous souvenez peut-être de la première adaptation de "Ça", sous la forme d'une mini-série en deux épisodes, naguère multi-diffusée sur M6. 

En vidéo

Revoyez la bande annonce de "Ça - Il est revenu", la série des années 90

Le clown psychopathe était alors incarné par une star (l'acteur Tim Curry, connu comme héros glam de The Rocky Horror Picture Show) et le jeune protagoniste par l'idole des jeunes, Jonathan Brandis. 


Alors quid de cette nouvelle version ? De quoi faire oublier l'effroyable clown de la série des années 90 ?

Recettes record au box-office américain

Qualifié de "film du siècle" par Xavier Dolan, le film d'épouvante Ça tient parfaitement son pari, mélangeant effets spéciaux spectaculaires et nostalgie des années 80, avec une sensibilité évoquant la série Stranger Things. Stephen King, lui-même, auteur du roman d'origine publié en 1986, l'approuve totalement. Pendant plus de deux heures, on ne s'ennuie jamais et on frissonne avec plaisir, comme si l'on était à bord d'un train-fantôme.


Le résultat a enregistré des records au box-office nord-américain pour son premier week-end à l'écran, selon les chiffres définitifs publiés lundi par Exhibitor Relations, générant 123,4 millions de dollars entre vendredi et dimanche.

   

Le film de Andy Muschietti, tiré d'un roman de Stephen King, détient désormais le record pour une sortie en septembre, en automne, et pour un film d'horreur interdit aux moins de 17 ans non accompagnés d'un parent, selon le site internet Box-office Mojo.

   

Le long-métrage a "insufflé un peu de vie dans un box-office américain trébuchant", ajoute Box Office Mojo - les ventes de billets estivales sont les plus basses depuis douze ans d'après ce site. Il devance de très loin le numéro 2, Home Again, une comédie romantique avec Reese Witherspoon qui faisait également ses débuts dans les salles vendredi, avec 8,6 millions de dollars en trois jours.

Plus d'articles

Sur le même sujet