VIDEO - Oscars 2018 : pourquoi Gary Oldman ne voulait pas jouer Churchill dans "Les Heures Sombres"

DirectLCI
ZOOM – Dans "Les Heures Sombres", Gary Oldman incarne un Winston Churchill plus vrai que nature. LCI a rencontré la star britannique, favori dans la course à l'Oscar du meilleur acteur, qui sera décerné dimanche soir.

Se transformer ? Gary Oldman est un spécialiste. Du Dracula de Francis Ford Coppola au Sirius Black de la saga Harry Potter en passant par le Zorg du Cinquième Elément de Luc Besson, l’acteur britannique a toujours pris un malin plaisir à bouleverser son apparence. Jamais, toutefois, n’était-il allé aussi loin que dans Les Heures Sombres, le film de Joe Wright dans lequel il incarne le légendaire Winston Churchill en mai 1940, alors qu’il devient Premier ministre d’une Grande-Bretagne menacée par l’Allemagne nazie. 


"La première fois qu’on me l’a proposé, j’ai dit non", avoue l’acteur à LCI. "Comment pouvais-je faire ça ?", ajoute-t-il en passant sa main devant son visage. "Mais la graine était déjà plantée. J’ai donc dit non, et puis je suis allé écouter des enregistrements de la voix de Churchill. J’ai pris mon iPhone et pendant une semaine j’ai essayé de l’imiter. Je me suis alors redemandé si c’était faisable. Et là, je pouvais au moins envisager les premiers pas. L’apparence, c’est autre chose."

En vidéo

Gary Oldman dans la peau de Churchill : "Au début j'ai dit non !"

Mon hésitation venait du fait qu’on est en présence d’un personnage iconique, autour duquel on a construit une mythologie. On se demande si on va pouvoir aller-delàGary Oldman

Pour concevoir un maquillage crédible, qui ne donne pas l’impression de voir Gary Oldman déguisé sous des tonnes de latex, ce dernier a lui-même suggéré le nom de Kazuhiro Tsuji, un artiste japonais qui s’est rendu célèbre à Hollywood grâce à ses travaux sur des films aussi différents que Men In Black, Looper ou encore L’Etrange Histoire de Benjamin Button. Retiré des plateaux depuis plusieurs années, il a repris du service pour ce projet hors du commun. 


"A partir du moment où il a donné son accord, j’avais suffisamment foi en ce qu’il était capable d’accomplir", se rappelle Gary Oldman, qui avoue avoir encore douté quelques mois. "Mon hésitation venait du fait qu’on est en présence d’un personnage iconique, autour duquel on a construit une mythologie. On se demande si on va pouvoir aller-delà, pour essayer de trouver l’être humain. L’homme. Et puis il avait été joué tellement de fois par d’autres. Je me demandais ce que je pouvais offrir."

C’est le scénario original d’Anthony McCarten, à rebours des biopics classiques, qui finira de le convaincre. "Il y a beaucoup de chapitres dans la vie de Churchill, et cette période spécifique de son arrivée au pouvoir n’avait jamais vraiment racontée", observe le comédien. "Il y a eu Dunkerque, qui raconte l’expérience sur le terrain. Les Heures Sombres, c’est l’autre face de la pièce. Des hommes dans des pièces enfumées qui plantent des épingles sur des cartes et qui décident de notre destin, de nos vies."

En vidéo

Joe Wright : "Je n'ai pas vu le vrai Gary Oldman pendant trois mois"

Pour parfaire sa connaissance du personnage, Gary Oldman étudiera les archives audiovisuelles de l’époque. "Churchill a beaucoup été représenté à la fin de sa vie. Et ce qui m’a frappé en voyant ces images, c’est l’énergie qu’il dégageait. C’est assez extraordinaire. Je l’imaginais plus laborieux. Mais en fait c’était une dynamo !", s’enthousiasme le Britannique qui, après avoir décroché le Golden Globe en janvier, fait figure de grandissime favori pour l’Oscar du meilleur acteur, qui sera décerné dimanche soir.


>> Les Heures Sombres de Joe Wright. Avec Gary Oldman, Kristin Scott-Thomas, Ben Mendelsohn

Plus d'articles

Sur le même sujet

Lire et commenter