VIDÉO - Shailene Woodley sur #MeToo à Deauville : "Depuis l'affaire Weinstein, tout a changé, à Hollywood mais aussi ailleurs"

CINÉMA
DirectLCI
CONFIRMATION - Lauréate du Prix Nouvel Hollywood cette année au Festival de Deauville, Shailene Woodley a fait montre d'humilité et de générosité à l'égard de ses fans. Au-delà des films, elle s'est exprimée sur des questions politiques, sociales et écologiques, ses grands combats.

Shailene Woodley a illuminé le Festival du cinéma américain de Deauville 2018. Ce mercredi, celle que les ados ont adoré dans Nos étoiles contraires et que les cinéphiles les plus pointus ont découvert dans White bird de Gregg Araki présentait À la dérive, de Baltasar Kormakur, dans lequel elle campe une navigatrice prise dans une tempête avec son ami (Sam Claflin, repéré dans Hunger Games). L'occasion de lui remettre un prix "Nouvel Hollywood" et de donner à ses fans français la possibilité de l'entendre et de la voir. 


La star de 26 ans a beau être dans le temple du cinéma indépendant américain, elle n'en garde pas moins de bons souvenirs de tournage d'une super-production comme Divergente qu'elle ne renie absolument pas : "Cela correspond à trois ans de ma vie et j'y ai appris plein de choses, confie-t-elle en conférence de presse. J'ai découvert comment on travaillait dans une franchise, comment on jouait sur fonds verts, comment on faisait des cascades et des effets spéciaux et il est vrai que lorsque l'on fait de grands films de studios hollywoodiens, la créativité se révèle aussi importante que l'aspect économique. Or, parfois on va trop vite en sacrifiant la créativité. C'est pourquoi je suis contente en tant qu'actrice quand je m'autorise à quitter une super-production pour aller voir des projets plus intimistes comme la série Big Little Lies de Jean-Marc Vallée." 


Shailene Woodley vient de tourner la saison 2 avec, entre autres, Meryl Streep, son seul tournage en ère post-Weinstein : "Dès le début du tournage, il y a eu un juste équilibre entre les femmes et les hommes, particulièrement avec Nicole Kidman comme productrice, très consciencieuse sur le sujet. Tout change à Hollywood comme ailleurs. C'est dynamique, incroyable, effrayant pour beaucoup de gens. Mais cela doit être accompli."

Engagée à tous les niveaux

On le sait, Shailene Woodley est aussi engagée. Très. Quand on lui parle de son pays régi par Donald Trump, elle dit : "Il ne faut pas aller à son encontre directement mais s'organiser au niveau local, se mobiliser pour que le résultat des élections prochaines soit différent". Et Shailene Woodley de s'intéresser à ce qui se passe au-delà de nos frontières. Les réfugiés, le réchauffement clinique sont autant de sujets qui la préoccupent : "On va tous être touché par l'environnement : si on détruit notre terre, nous n'aurons plus d'air pour respirer donc nous n'existons plus." Et rien de factice dans cet engagement, il y a un an, en 2017, elle a été arrêtée par la police lors d’une manifestation contre la construction d’un pipeline dans la réserve indienne de Standing Rock dans le Dakota du nord. Preuve que Shailene Woodley ne fait jamais les choses à moitié...

De la même façon qu'elle a pris le temps de faire tous les autographes-photos-selfies lors de ses déplacements dans la ville, Shailene Woodley aime vivre dans l'intensité. Et donc elle aime tout ce qu'une jeune femme de son âge aime, à savoir rencontrer des gens, faire la fête jusqu'à potron-minet et profiter de l'instant présent. Lors de l'inénarrable repas des Deauvillais où étaient réunis jurés-journalistes-notables-habitants de Deauville, Shailene Woodley était présente, placée à la grande table de tous les jurys (grand jury, jury révélation, jury de la critique), au centre de toutes les attentions, et elle a tenu à saluer chaque convive personnellement, un à un, pour faire les présentations, pour connaître ceux avec qui elle passait sa soirée. Chose rarissime. Aucune star ne fait ça, elle si. Pas une simple politesse d'usage, juste une curiosité instinctive et naturelle des autres qui lui permet de casser la glace, de garder les pieds sur terre. A l'inverse des starlettes qui fuient la table avant le dessert en prétextant un affreux jet-lag, Shailene, elle, est restée jusqu'au bout, faisant trembler la piste de danse. On appelle ça la classe.

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter