VIDEO – Son entreprise délocalisée, Sandrine Bonnaire s’installe au Maroc dans "Prendre le large"

DirectLCI
ON AIME – Dans "Prendre le large", le nouveau film de Gaël Morel en salles depuis mercredi, Sandrine Bonnaire incarne une ouvrière française qui décide de s’installer au Maroc plutôt que de se retrouver au chômage. Un rôle en or pour la comédienne que LCI a rencontrée.

Ce rôle, le réalisateur Gaël Morel et son scénariste Rachid O. l’ont écrit en pensant à elle, fasciné par son mélange "de douceur et de sévérité". Dans Prendre le large, Sandrine Bonnaire incarne Edith, une ouvrière dont l’entreprise de textile est délocalisée au Maroc. Plutôt que de se retrouver au chômage, elle décide de refaire sa vie là-bas. "C’est une aventurière. Elle a 50 ans mais elle est innocente, elle est pure, voire un peu naïve. J’aimais beaucoup sa timidité", a confié la comédienne LCI.


A Tanger, Edith va faire la découverte d’un pays mais surtout d’un monde du travail dont elle ignore les conditions. "Ça raconte l’immigration, mais de l’autre côté", observe Sandrine Bonnaire. "A son arrivée, il y a pas mal de suspicion. Pourquoi vient-elle travailler au Maroc alors qu’en France on a des salaires plus importants ? Si bien qu’elle est considérée comme une fille un peu douteuse. A travers une série de rencontres et de confrontations, elle va trouver sa place et finir par se sentir accueillie."

En route pour le César ?

Prendre le large est le sixième long-métrage de cinéma de Gaël Morel, 45 ans, comédien révélé en 1994 par sa performance sensible dans Les Roseaux Sauvages, d’André Téchiné. Passé derrière la caméra en 1996 avec A toute vitesse, il n’avait pas tourné pour le grand écran depuis Notre Paradis, en 2011. Salué par la critique, cette chronique sociale et intime pourrait bien valoir à Sandrine Bonnaire une nomination au César de la meilleure actrice, après celui remporté en 1986 pour son rôle dans Sans toit ni loi, de Agnès Varda.

>> "Prendre le large" de Gaël Morel. Avec Sandrine Bonnaire, Mouna Fettou, Kamal El Amri... Durée : 1h43.

Plus d'articles

Sur le même sujet