VIDÉO - "Stars 80" : "Relax", "Neverending Story", "Les Démons de minuit"... ces tubes qui ont été numéro 1 du top 50

DirectLCI
FLASHBACK - A l'occasion de la sortie de "Stars 80 : la suite", nous avons ouvert notre grand placard à archives des années 80 pour retrouver les chansons classées numéro 1 au top 50. Vous aussi, souvenez-vous...

La sortie de Stars 80 : la suite se révèle une occasion en or pour rappeler à quel point la fascination pour cette décennie overdosée de pop stars où la musique se consommait en 45 tours et remplissait des rayons entiers dans les supermarchés demeure toujours aussi vivace. 


Pour ceux qui ne s'en souviennent plus ou qui n'étaient pas encore nés, le Top 50 était une émission phare des années 80, diffusée du 4 novembre 1984 au 3 septembre 1993 sur Canal+, présentée par Marc Toesca, introduite par un générique reprenant Dream de P. Lion et suivie par des millions de petits clous. Elle permettait alors à de nombreux hits de caracoler en tête pendant des semaines et des semaines. 

Quand est diffusé le premier Top 50, le 4 novembre 1984, c'est une chanson made in France interprétée par un duo comme sorti d'une série TV américaine qui fait florès. Avec Besoin de rien, envie de toi, Peter et Sloane deviennent les premiers numéro 1 d'un nouveau classement censé enfin mettre tout le monde d'accord.

Cette idée de créer le top 50 est née de Philippe Gildas, alors directeur d'Europe 1, et de Pierre Lescure, patron de Canal+, soutenus par deux instituts de sondage chargés d'aller visiter les disquaires.


Le rendez-vous quotidien, premier succès de la nouvelle chaîne cryptée née le même jour, va s'imposer comme "l'émission incontournable des 14-18 ans", se souvient Marc Toesca, présentateur des sept premières saisons. Lequel ouvrait son émission avec le gimmick "Salut les p'tits clous" en référence au courrier qu'il recevait, parfois adressé à un certain "Marteau Esca".

De la variété française, certes, mais pas seulement...

Si le Top 50 mettait en avant des tubes imparables comme Rien que pour toi de François Feldman, Les démons de minuit de Images ou encore Macumba de Jean-Pierre Mader, il était aussi possible d'avoir accès à des titres anglo-saxons comme ceux des Communards (Don't leave me this way), de Frankie Goes To Hollywood (Relax), de Alphaville (Sounds like a melody). 


A l'époque, c'est la révolution. 

En vidéo

"Star 80 la suite" : le Top 10 des morceaux UK/US que vous écoutiez dans la voiture de vos parents

Ainsi, qui a oublié Besoin de rien, envie de toi de Peter et Sloane (9 semaines numéro 1 en 1984)? Johnny Johnny de Jeanne Mas (4 semaines numéro en 1985) ?  Ouragan de Stéphanie (10 semaines n°1 en 1986) ? Viens boire un p'tit coup à la maison de Licence IV (13 semaines n°1 en 1987) ? Etienne de Guesch Patti (5 semaines n°1 en 1988) ? Boys de Sabrina (55 semaines n°1 en 1988) ? Personne...

En vidéo

VIDEO - Découvrez 10 "numéro 1" du top 50 dans les années 80

Comme le dit lui-même Marc Toesca, témoin de cette époque : "Avant, les grands tubes comme La Lambada ou Nuit de folie pouvaient ainsi s'écouler à plus de 1,5 million d'exemplaires alors qu'on peut être aujourd'hui premier des hit-parades avec 5.000 ventes".


Le Top 50 comme émission disparaîtra progressivement du paysage à partir du milieu des années 90, passant d'une chaîne à l'autre, et perdant de sa visibilité avec la mort du vinyle puis la crise du disque à partir des années 2000 provoquée par l'essor du téléchargement et du streaming. 


Des classements hebdomadaires sont toujours publiés mais ils ont perdu une bonne part de leur impact. Du Top 50 restent donc aujourd'hui des chansons fortement ancrées dans la mémoire collective alors que leurs interprètes, eux, ont parfois été oubliés.

Plus d'articles

Sur le même sujet