VIDÉO - Vincent Cassel dans "Gauguin" : "Je ne voulais pas avoir l’air d’un imbécile avec un pinceau à la main"

VIDÉO - Vincent Cassel dans "Gauguin" : "Je ne voulais pas avoir l’air d’un imbécile avec un pinceau à la main"

INTERVIEW – L’acteur français Vincent Cassel livre une performance épatante dans "Gauguin", le long-métrage d’Edouard Deluc consacré à l’exil tahitien du célèbre peintre. LCI l’a rencontré.

La dernière fois qu’il a interprété une figure "historique", il a remporté un César. Après avoir prêté ses traits à l’ennemi public n°1 Jacques Mesrine, en 2008, Vincent Cassel s’est glissé dans la peau de l’un des plus grands peintres français du XIXe siècle. Réalisé par Edouard Deluc, Gauguin – Voyage de Tahiti n’est pas un biopic classique mais le récit de l’exil polynésien d’un artiste et d’un homme, en quête de liberté, loin des conventions artistiques et sociales de l’époque.

Peu familier de l’œuvre de Gauguin, le comédien avoue qu’il a beaucoup lu, notamment Noa Noa, le carnet de voyage  du peintre, relatant son premier séjour à Tahiti, en 1893. Et raconte qu’il a pris des cours, "pour ne pas avoir l’air d’un imbécile avec un pinceau à la main (…) J’y ai pris goût et je me suis mis à peindre, de plus en plus en me disant que j’avais découvert quelque chose et que j’allais continuer. Et puis le film s’est arrêté et pffftt… ", raconte-il, un brin déçu.

Lire aussi

De tous les plans, ou presque, Vincent Cassel s’est jeté à corps perdu dans ce projet qui lui a permis, à l’automne 2016, de découvrir toute la splendeur de la Polynésie française, tournant de nombreuses scènes avec des comédiens locaux, moins expérimentés que lui. Mais pas moins talentueux :  "Tout ce qu’on dit sur Tahiti, c’est vrai. C’est magnifique, les gens sont extrêmement généreux. Il y a une douceur de vivre incroyable", se souvient-il, enthousiaste. 

En découle une anecdote pour le moins savoureuse. A la recherche d’un hamac, Vincent Cassel se voit opposer une fin de non-recevoir par ses hôtes. "On m’a dit : 'Il y a pas de hamac'. J’ai répondu : 'Vous rigolez ou quoi ? C’est un pays pour les hamacs !' Et là on m’a expliqué : 'Ici, il n’y a rien qui pique. Pas de scorpion, pas d’araignée… Donc pas de hamac !'".

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

EN DIRECT - Variant Omicron : bond "préoccupant" à 183 cas au Danemark

Télétravail, vaccination des enfants... Ce qui pourrait être annoncé à l'issue du Conseil de défense lundi

Présidentielle 2022 : un premier meeting "à risque" pour Eric Zemmour

Covid-19 : les Français réticents à utiliser le vaccin Moderna, dont on aura pourtant besoin pour la 3e dose

VIDÉO - Indonésie : l'éruption du volcan Semeru fait au moins 13 morts, des milliers d'habitants ont fui Java

Lire et commenter
LE SAVIEZ-VOUS ?

Logo LCI défend l'ambition d'une information gratuite, vérifiée et accessible à tous grace aux revenus de la publicité .

Pour nous aider à maintenir ce service gratuit vous pouvez "modifier votre choix" et accepter tous les cookies.