"X-Men : Days of future past", tout simplement le meilleur film de la saga

CINÉMA
DirectLCI
BLOCKBUSTER - Trois ans après "X-Men : le commencement" dirigé par Matthew Vaughn, Bryan Singer met en scène le second volet de cette préquelle de la saga mutante, "X-Men : Days of Future Past". Une réussite totale.

En quatorze ans et six films, les X-Men sont devenus les super héros les plus productifs de l’histoire du cinéma. A l’arrivée de ce septième volet, on craignait l’essoufflement. A tort. Cette nouvelle histoire donne un sérieux coup de fouet à la franchise. Décryptage à New York avec l’équipe du film.

Le voyage dans le temps
C’est entre les seventies et le futur que se situe ce nouvel opus. Wolverine est ici envoyé dans le passé pour changer un événement, lié à Mystique, qui menacera les mutants d’extermination. L’occasion pour l’homme aux griffes d’acier de croiser dans un même film les versions jeunes et moins jeunes du Fauve, de Magneto et du professeur X.  "Ce nouveau chapitre permet de voir à quel point les personnages étaient différents selon les époques, de découvrir le moment où ils ont pris un tournant décisif", explique Michael Fassbender, l’interprète de Magneto.

La grande et la petite histoire
Si la reconstitution des seventies est très soignée, elle permet aussi aux super-héros de croiser des figures de l’histoire. “X-Men a toujours joué avec la grande histoire, comme ici avec l’assassinat de Kennedy ou l’intervention de Nixon", poursuit Michael Fassbender. "C’est à la fois audacieux et très fun".

Un jeu à armes égales
Difficile de faire cohabiter autant de personnages dans un même film sans en léser certains. Un pari pourtant relevé par le scénariste Simon Kinberg qui, de surcroît, intègre de nouveaux éléments dans la bande. Parmi eux : un bad guy joué par Peter Dinklage, le Tyrion de Game of Thrones, et le mutant Bishop incarné par Omar Sy qui, comme Tornade ou Scott, n’a que quelques minutes à l’écran: "Omar est un bonheur", explique Hugh Jackman. “J’ai vu trois femmes s’évanouir devant lui. Moi ça ne m’est jamais arrivé: je suis jaloux.”

Un nouveau départ
Maintenir l’intérêt du public après six films tenait de la gageure mais selon Hugh Jackman, interprète de Wolverine pour la septième fois, X-Men : Days of the future past est un véritable recommencement. "Simon a notamment eu la bonne idée d’inverser les rôles entre Wolverine et le professeur X dans ce film, le premier devenant le mentor du second. Les fans ne seront pas déçus : il y a énormément de surprises et de clins d’œil".

Marilyne Letertre

Lire et commenter