"Youth" : le troisième âge en première classe chez Paolo Sorrentino

"Youth" : le troisième âge en première classe chez Paolo Sorrentino

DirectLCI
ON ADORE - L’italien Paolo Sorrentino dirige deux monstres sacrés dans "Youth", son deuxième film anglophone reparti injustement bredouille du dernier Festival de Cannes.

En anglais, Youth signifie jeunesse. Chez Paolo Sorrentino, celle-ci est bel et bien un état d’esprit. A 82 et 76 ans, ses deux héros n’ont rien perdu de leur tempérament canaille, de leur force créatrice, de leur superbe, et le prouvent lors de vacances dans un magnifique hôtel transalpin. "Avec ce long-métrage, je voulais explorer le rapport à l’avenir et à la jeunesse quand on est octogénaire", nous explique le réalisateur transalpin de La Grande Bellezza. "Le souvenir et la douleur qu’il procure ou encore le rapport à l’art m’intéressaient aussi."

Michael Caine se glisse ainsi dans la peau d’un célèbre chef d’orchestre et compositeur retraité face à un Harvey Keitel, réinventé en cinéaste américain désireux de boucler le scénario de son dernier (et meilleur) film. Avec des seconds rôles campés par Rachel Weisz, Jane Fonda et Paul Dano, c’est donc un casting 100% anglophone que dirige l’Italien. "Je ne parle pas bien l’anglais mais je trouve à cette langue une grande musicalité. Michael et Harvey se sont rapidement imposés : parce qu’ils ont le bon âge mais aussi parce que je les admire depuis toujours. C’était un rêve d’enfant de travailler avec eux."

"La page blanche ? Je ne connais pas !"

Grand bien lui en a pris. Si This Must Be The Place, la précédente expérience en anglais du metteur en scène était un ratage total, Youth est une merveille de malice et de tendresse, doublée d’une réflexion pertinente et amusante sur les egos artistiques et les affres de la création. Au point d’imaginer le personnage du réalisateur comme un double de Paolo Sorrentino lui-même ? "Pas une seule seconde : contrairement à lui, je n’ai jamais eu affaire à des actrices "difficiles" comme celle qu’incarne Jane Fonda. Quant à la page blanche, je ne connais pas : j’ai plutôt le problème inverse. J’ai souvent trop de pages noircies, trop d’idées qui se bousculent."

Résultat : le réalisateur enchaîne les projets. Le prochain ? The Young Pope, une série télé sur le pape Pie XIII. "La télé offre une liberté proche de celle de la littérature" nous explique le cinéaste, fan de True Detective et Fargo. "En amont, on a plus de temps pour travailler l’écriture et la structure. Quant au tournage rapide, sans répétitions ni prises à rallonge, c’est déjà ce que je fais avec mes films. A la télé, je me sens presque plus à mon aise."  Au casting de cette nouvelle production en anglais : Jude Law, Diane Keaton, Cécile de France et Ludivine Sagnier. Monsieur sait décidemment bien s'entourer.

A LIRE AUSSI >> 
Michael Caine : "Pour les gamins, je suis le majordome de Batman"

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter