232 euros par an à leur charge : les Français estiment dépenser de plus en plus pour se soigner

Mon argent
DirectLCI
SANTÉ - Selon un sondage publié ce mardi, 57% des Français affirment que le reste à charge de leurs frais de santé (estimé à 232 euros par an) a augmenté ces dernières années. A leurs yeux, ce sont surtout pour les soins dentaires et optiques ainsi que pour les prothèses auditives que les frais sont peu remboursés.

Les complémentaires santé (qui couvrent 95% des Français) sont loin de rembourser toutes les dépenses liées aux soins non prises en charge par la Sécurité sociale. Le reste à charge s'élève à 232 euros en moyenne par an et par personne, selon le ressenti d'un panel représentatif de la population interrogé par l'institut CSA Research pour Cofidis. L'étude publiée ce mardi 9 octobre indique que les Français estiment consacrer au total 715 euros par an à leur santé. Un budget qui augmente de 277 euros pour un enfant en bas âge et de 568 euros pour un enfant de plus de deux ans. 


Ces estimations des dépenses annuelles varient également avec l'âge (934 euros en moyenne pour les 50 ans et plus) et le lieu d’habitation (1.166 euros en moyenne en Alsace Champagne-Ardenne Lorraine contre 481 euros dans la région Centre Val-de-Loire). Le reste à charge estimé s'envole quant à lui avec l'âge (350 euros pour les 65 et plus). 

En vidéo

Les lunettes, les prothèses auditives et dentaires seront remboursées à 100%

Aux yeux de six Français sur dix (57%), ces dépenses qui ne sont remboursées ni par la Sécurité sociale ni par une mutuelle ont augmenté ces cinq dernières années. Ce sont surtout les soins dentaires, les soins d’optique et les prothèses auditives qui font monter la facture, selon les sondés. A noter : ces trois postes de soins doivent justement être l'objet d'une réforme visant à mettre en place progressivement le reste à charge zéro à partir de janvier 2019.


Ces dépenses pèsent lourd dans certains budgets. Au point que 2% des Français disent avoir déjà sollicité leur famille pour financer des soins et avoir eu recours à un crédit. Trois Français sur dix déclarent également avoir carrément renoncé à se soigner sur les douze derniers mois parce qu'ils n'en avaient pas les moyens. C'est surtout le cas des ouvriers (41%), des moins de 35 ans (36%) et des personnes habitant dans le sud-est de l'Hexagone (37%).

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter