Abri de jardin : attention, il peut être soumis à la taxe d'aménagement

Abri de jardin : attention, il peut être soumis à la taxe d'aménagement

DirectLCI
TAXE - Installer une cabane de plus de 5 mètres carrés dans votre jardin peut vous coûter cher. Ce type de construction est en effet soumis à une taxe d'aménagement. Les collectivités territoriales ont cependant la possibilité de ne pas l'appliquer. Vous avez donc une chance d'y échapper.

Devoir payer une taxe de 400 euros pour un abri de jardin acheté 800 euros : c'est un exemple de ce qui peut vous arriver si vous habitez dans certaines communes. Une facture salée pour une construction de quelques mètres carrés sans eau ni électricité.  Estimant que "le bien fondé de cette taxe ne semble pas justifié", le député Les Républicains de l'Oise Lucien Degauchy avait demandé l'hiver dernier au ministère des Finances de la "supprimer". La réponse du gouvernement a donné lieu à une mise au point  publiée cet été sur le site de l'administration publique.


En résumé, les cabanons de plus de 5 mètres carrés sont soumis à la taxe d'aménagement sauf si la commune, le département ou la région a décidé de ne pas l'appliquer. Voici, pour tout comprendre,  le point sur ce qu'est non pas la "taxe abri de jardin" (qui n'existe pas en tant que telle) mais sur la taxe d'aménagement (qui peut vous concerner si vous aménager ou construisez une installation). 

  • 1De quoi parle-t-on ? Un impôt sur les constructions

    La taxe d'aménagement peut s'appliquer à toutes les constructions ou installations de plus de 5 mètres carrés, comme par exemple les abris de jardin, vérandas, garages, combles mais aussi piscine (même découverte) ou éolienne. Celle-ci peut en effet être réclamée pour toutes les opérations nécessitant une autorisation d'urbanisme (permis de construire ou d'aménager, déclaration préalable). Les sommes récoltées sont destinées aux collectivités territoriales. Elles doivent servir à financer les équipements publics et l'aménagement des espaces naturels sensibles notamment.
  • 2Pour qui ? Tout le monde... sauf pour les abris, pigeonniers et colombiers

    Cette taxe est appliquée automatiquement par le ministère des Finances grâce aux déclarations préalables, permis de construire et autres demandes d’aménagements déposés en mairie. Les conditions de ressources n'entrent à aucun moment en jeu. Cependant, dans le cas des abris de jardin, pigeonniers et colombiers, les collectivités territoriales peuvent décider, par délibération, d'exonérer leurs administrés de cette taxe. Cela dépend donc de l'endroit où vous habitez.
  • 3Depuis quand ? Mise en place à partir de 2012

    La taxe d'aménagement a été instituée par la loi de finances rectificative de 2010 et est appliquée depuis 2012. Elle n'est réclamée qu'une seule fois et est payable en deux fois (ou en une fois en dessous de 1500 euros). Problème : elle est méconnue, si bien qu'il arrive que les contribuables concernés apprennent son existence lorsqu'ils reçoivent un courrier du Trésor public.
  • 4Le calcul ? Sur la base d'une valeur forfaitaire

    La taxe est généralement calculée en fonction de la surface de la construction (hauteur de plafond inférieure ou égale à 1,80 mètre) et de la valeur du mètre carré. Le calcul est complexe : on multiplie la valeur forfaitaire du mètre carré (799 euros en Ile-de-France et 705 euros ailleurs, en 2017) par la surface divisée par deux (si moins de 100 mètres carrés) et par un taux fixé par la collectivité territoriale comportant trois parts (1 à 5% pour les communes, 0 à 2,5% pour les départements et 0 à 1% pour les régions). Certaines installations donnent lieu à des valeurs spécifiques : les piscines (200 euros par mètre carré), des panneaux photovoltaïques au sol (10 euros par mètre carré), des éoliennes de moins de douze mètres ( 3000 euros l'unité), ou encore des caravanes ou mobil-home (3000 euros l'emplacement), entres autres.
  • 5Le montant ? Parfois plus cher que l'abri de jardin

    Pour un simple abri de jardin, la note peut vite monter. L' Ifrap , un think tank dédié à l'analyse des politiques publiques, en listait à l'automne 2015 quelques exemples : 250 euros de taxation pour un abri de 8 mètres carrés acheté 1200 euros dans une commune du Finistère, 365 euros pour une piscine non couverte de 25 mètres carrés dans une commune du Var ou encore 500 euros de taxation pour un abri de 17 mètres carrés dans une commune des Côtes-d’Armor.

Notez que le simulateur du ministère du Logement, accessible ici, peut vous permettre de savoir à quoi vous attendre si vous envisagez de tels travaux.

En vidéo

JT 20H. Les solutions pour agrandir sa maison : mieux qu’un déménagement ?

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter