Accident de ski hors-piste : les secours ne sont pas forcément gratuits, comment bien vous assurer ?

 Accident de ski hors-piste : les secours ne sont pas forcément gratuits, comment bien vous assurer ?

FRAIS - Lors d'un accident de ski hors-piste, l'intervention des gendarmes, des CRS ou des pompiers de montagne n'est pas refacturée à la victime. Mais si c'est une société de secours privée qui vient vous chercher, vous risquez de recevoir la note. Sachant que les collectivités locales peuvent choisir de passer par des opérateurs privés, mieux vaut donc être bien assuré.

La gratuité des secours pour les skieurs s'aventurant hors des pistes est loin d'être acquise. Tout dépend en réalité de l'organisme mobilisé pour venir vous sauver. Deux grands cas de figure sont donc à distinguer, résume, auprès de LCI, le cofondateur d’Assurland.com Olivier Moustacakis.

• "Si vous êtes secouru sur le domaine skiable, à un endroit encore accessible aux remontées mécaniques, la commune est dans l'obligation d'organiser les secours. Mais elle peut ensuite réclamer une participation financière à la victime. Différentes assurances dont vous disposez peut-être déjà (garantie accident de la vie, garantie des cartes bancaires notamment) peuvent alors prendre en charge le remboursement de certains de ces frais", souligne le patron d'Assurland

Pour une intervention hors-piste, les tarifs sont librement fixés par les communes. Ils tournent autour de 790 euros avec majorations possibles selon les véhicules nécessaires (chenillette, motoneige). Prenez donc le temps d'éplucher vos différents contrats avant votre séjour pour vous assurer que vous êtes bien couvert. Redoublez d'attention car "le hors-piste est la plupart du temps mentionné dans les clauses d'exclusion de garantie".

• "Si vous êtes secouru en dehors du domaine skiable, les gendarmes de haute-montagne, les CRS Montagne ou les Groupes Montagne de Sapeurs-Pompiers sont généralement chargés d'intervenir avec un hélicoptère. L'intervention est alors gratuite. Mais vos assurances classiques ne couvriront pas forcément la prise en charge des frais médicaux, qui peuvent être très lourds. Cela vaut alors la peine de souscrire une assurance spécifique pour le ski comme celles proposées au pied des pistes", conseille Olivier Moustacakis. 

Lire aussi

Il existe en outre un troisième cas de figure qui dépend des communes concernées : 

• "Même si l'accident a eu lieu en dehors du domaine skiable, des sociétés privées spécialistes du secours par hélicoptère en montagne peuvent être appelées en première alerte", nous indique la régie des pistes d'un domaine skiable de Savoie, où "environ 30% des 1.500 interventions annuelles concernent des accidents hors-piste". Les frais peuvent alors être facturés aux personnes secourues. Différentes communes font ainsi appel aux opérateurs privés. "Ce n'est que si aucun hélicoptère privé n'est disponible que les secours publics [et donc gratuits : NDLR] sont envoyés sur place". À près de 60 euros la minute de vol pour un appareil médicalisé, mieux vaut donc être bien assuré. 

En vidéo

Quelle est la station de ski la moins chère ?

Quoi qu'il en soit, n'oubliez pas que rien n'est gratuit :  si les frais ne sont pas facturés aux skieurs s'aventurant hors-piste, ils sont de toute façon assumés par les contribuables...

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

EN DIRECT - Covid-19 en France : plus de 400 décès à l'hôpital en 24h et environ 4.000 cas confirmés

EN DIRECT - Vendée Globe : Kevin Escoffier sain et sauf après avoir été secouru par Jean Le Cam

Vendée Globe : Escoffier en détresse, délicate opération de sauvetage en cours

Covid-19 : premier décès d'un volontaire aux tests pour un vaccin

Loi sécurité, violences policières, maintien de l'ordre... Gérald Darmanin tient sa ligne devant les députés

Lire et commenter