Acheter bio, est-ce acheter responsable ?

Acheter bio, est-ce acheter responsable ?

DirectLCI
ENVIRONNEMENT – Initiatives, entreprises, projets... dans le cadre de son partenariat avec le prix Entreprises pour l’environnement (EpE), LCI vous parle de consommation responsable chaque semaine jusqu’en mars. Halte aux fongicides, aux pesticides. L’agriculture biologique est le fertilisant de notre santé. Mais acheter bio est-ce acheter responsable ?

L’agriculture biologique est bénéfique pour l’environnement. Elle exclut fertilisants, pesticides, fongicides, polymères, autant de substances qui empoisonnent les sols et que l’on soupçonne d’être à l’origine de nombreux cancers. Paisible, la révolution bio est d’autant plus souhaitable que la France arrive en tête des pays européens utilisant le plus de pesticides avec 78 000 tonnes de produits phytosanitaires répandus chaque année dans ses champs. Manger bio, c’est se préserver des effets négatifs des produits phyto sanitaires sans se ruiner, depuis que les Biocoops et autres enseignes se sont essaimés partout à travers le pays.

Acheter bio mais vérifier l’origine de ses produits

Consommer bio ne doit pas faire oublier certains réflexes comme : scruter sur les étiquettes la provenance d’un produit. Les fermes françaises peinent à se convertir à l’agriculture biologique et la demande enfle. Conséquence : certains produits viennent de pays de l’Union européenne dont le cahier des charges ne garantit pas les mêmes caractéristiques bio que les nôtres. C’est par exemple le cas des productions espagnoles ou roumaines. D’autres pays, hors Union européenne, sont eux connus pour utiliser malgré leurs cartes d’identité biologique bio, des pesticides. C’est par exemple le cas de la Chine ou du Kenya. Pour limiter les risques, on mange au maximum local et de saison.

Halte à la pollution : préférer les circuits courts

En plus de maîtriser la traçabilité de ce que l’on met dans son assiette, acheter local permet de réduire l’impact écologique du transport. Le quinoa qui fait figure de star dans les rayonnages (rappelez-vous la fameuse salade au quinoa de Jean Luc Mélenchon) est cultivé en Amérique du Sud. C’est un produit voyageur qui vient de loin et dont la signature écologique est dégradée par le transport. Pour manger responsable, mieux vaut donc privilégier les circuits courts.

Acheter responsable : l’amont du produit en question

Le bio, c’est bien. Mais le bio couplé au commerce équitable, c’est encore mieux. Au supermarché il faut donc organiser un petit jeu de piste consistant à repérer les produits issus du commerce équitable. Ceux-ci favorisent la préservation de l’environnement et assurent une juste rémunération aux producteurs et des conditions de travail réglementées. Par ailleurs, l’agriculture dite raisonnée fait figure de référence en matière de gestion des pratiques agricoles, tenant compte de la sécurité au travail, de la maîtrise des risques sanitaires, et de la protection des écosystèmes. 

Comme chaque année depuis 12 ans, EpE, LCI (anciennement Metronews) et les sponsors du Prix lancent leur appel à candidature pour le Prix Jeunes pour l’Environnement doté de plus de 10.000€. Cette année, les jeunes de moins de 30 ans sont invités à réfléchir à la question suivante : "Consommation : quel message vous ferait basculer ?". Application mobile, campagne virale, art ou astuce, culture, produit ou service concret, ou autre, du bâtiment à la mobilité ou au produit de grande consommation, qu’est-ce qui permettra demain de faire la différence en réduisant massivement l’impact de nos achats sur l’environnement ? Pour plus d'information, rendez-vous sur le site dédié.

En vidéo

Les aliments bio à bas prix sont-ils de qualité ?

Plus d'articles

Sur le même sujet