Allocations et aides : ce qui change au 1er juillet

Allocations et aides : ce qui change au 1er juillet
Mon argent
DirectLCI
SOCIAL - Comme chaque année, le mois de juillet arrive avec son cortège de mesures susceptibles d'avoir un impact sur vos finances. Voici les changements qui interviennent dans le domaine des prestations sociales.

C'est la tradition, à chaque 1er juillet, vous ne pouvez pas échapper à une série de changements qui interviennent dans votre quotidien. Focus sur les mesures concernant les prestations sociales.

Baisse des allocations pour les familles aisées
A partir du 1er juillet, le montant des allocations familiales est modulé selon les revenus. La Caisse d'allocations familiales verse encore cette prestation chaque mois à toutes les familles avec au moins deux enfants. Mais celle-ci est revue à la baisse pour les plus foyers les plus aisés.

Ainsi, si vous gagnez de 5595 à 7457,80 euros par mois, elle est divisée par deux (soit 64,67 euros pour 2 enfants, 147,53 euros pour 3, 230,39 euros pour 4, puis 82,86 euros par enfant supplémentaire). 

Si vous gagnez plus de 7557,80 euros par mois, l'allocation est divisée par quatre (soit 32,34 euros pour 2 enfant, 73,76 euros pour 3, 115,22 euros pour 4, puis 41,44 euros par enfant supplémentaire). Rien ne change pour les autres familles.

EN SAVOIR + >> Allocations familiales : les nouveaux barèmes

 Revalorisation (+0,3%) des allocations chômage
L'augmentation est minime mais concerne les deux tiers des chômeurs indemnisés. Les allocations chômage sont revalorisées de 0,3 % au 1er juillet 2015.

L’allocation minimale passe ainsi à 28,67 euros par jour. La partie fixe de l’allocation d’aide au retour à l’emploi (ARE) passe quant à elle à 11,76 euros par jour. Cette dernière s'ajoute à la partie proportionnelle de l'allocation qui équivaut à 40,4% de votre ancien salaire.

 Nouveaux contrats d'Aide à la complémentaire santé 
La réforme de l'Aide à la complémentaire santé (ACS) entre en vigueur le 1er juillet. Vous y avez droit si vous touchez entre 720 euros et 970 euros par mois, des revenus modestes mais trop élevés pour avoir droit à la couverture maladie universelle complémentaire (CMU-C). 

Le nouveau dispositif offre le choix parmi 10 contrats-type censés offrir un rapport qualité-prix avantageux. L'ACS permet en outre de ne pas avoir à avancer d'argent chez le médecin et d'être dispensé de la franchise médicale.

EN SAVOIR + >> ACS : comment fonctionne le nouveau dispositif ?

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter