Année record pour la FDJ, qui a rapporté 3,3 milliards d'euros à l'Etat en 2018

Mon argent

FINANCES - La Française des jeux (FDJ) a rapporté 3,3 milliards d'euros à l'Etat. Un revenu en hausse, alors que 2019 pourrait être l'année de la privatisation de cette société détenue à 72% par l'Etat.

Deuxième loterie européenne et quatrième mondiale, la Française des jeux (FDJ) fait le bilan de 2018, avec 15,8 milliards de mises réalisées sur l'année et une croissance de 4.4%. Un total de 10,7 milliards d'euros a été reversé aux joueurs, parmi lesquels 198 sont devenus millionnaires. C'est un taux de retour proche de 68%, en progression de près d'1 point par rapport à 2017. Des chiffres record malgré une baisse du nombre de joueurs, estimés à 25 millions en 2018 contre 26 millions l'année précédente. Enfin, la FDJ a rapporté 3,3 milliards d'euros à l'Etat, qui détient la société à 72%, alors que 2019 pourrait bien être l'année de la privatisation.

21 millions d'euros pour la restauration du Patrimoine

C'est notamment grâce à l’investissement dans le numérique que la société affiche de tels résultats. Les mises numérisées en point de vente et en ligne progressent de 46% et représentent 2,4 milliards d'euros, soit 15% des mises totales.

Le lancement des jeux Mission Patrimoine a été "un plein succès" selon le communiqué de la FDJ. Les Français ont misé pour 187 millions d'euros, et 21 millions ont été réattribués à la restauration du patrimoine français en péril. La PDG de la Française des Jeux, Stéphane Pallez, a indiqué à l'AFP : "C'était la première fois qu'on vendait un ticket de grattage à 15 euros, et on a vendu l'ensemble des tickets en quatre mois. Le jeu a trouvé un écho favorable y compris auprès de gens qui ne jouaient pas, et qui ont trouvé que cela avait du sens".

Les paris sportifs ont également progressé de 21%, dépassant ainsi les 3 milliards d'euros de revenus. Principalement grâce à la Coupe du Monde, qui a représenté un record de paris à 333 millions d'euros soit 75% de plus qu'en 2014. Les jeux de tirage et de grattage restent néanmoins l'activité principale de l'opérateur public, avec 3,2% de croissance et 7,69 milliards d'euros de mises. L'activité de loterie en revanche, comme le Loto, l'Euromillions ou le Keno, est en repli de 1,9%, à 5,07 milliards d'euros.

Lire aussi

Une privatisation dans l'année ?

Le projet de privatisation de la FDJ a passé un cap en octobre 2018. L'Assemblée nationale a adopté en première lecture l'article 51 de la loi Pacte, qui détaillait les modalités de l'opération. Même si aucun calendrier n'est avancé, "le gouvernement et l'entreprise continuent de préparer activement ce qui peut permettre une opération de privatisation", selon Mme Pallez. Quant à la date de l'opération, la PDG souligne que "c'est le choix de l'actionnaire en fonction du meilleur contexte, dans les meilleures conditions pour l'actionnaire et pour l'entreprise".

Sur le même sujet

Et aussi

Lire et commenter