Arnaque à l’épave : attention quand vous achetez une voiture d’occasion

Arnaque à l’épave : attention quand vous achetez une voiture d’occasion
Mon argent

SUPERCHERIE - Des milliers de voitures, remises illégalement sur les routes, sont vendues d'occasion à des particuliers à leur insu. Attention à cette arnaque qui implique épavistes, garagistes et experts automobile.

En croyant faire une bonne affaire, vous pourriez acheter une épave maquillée en voiture digne de ce nom. Certains garagistes et experts automobile sont de mèche pour arnaquer les particuliers. Explications.

L'arnaque : des épaves maquillées
L'escroquerie engage plusieurs professionnels peu scrupuleux. Tout d'abord, des garagistes et des carrossiers récupèrent des véhicules gravement endommagés qu'ils maquillent et réparent grossièrement. Puis des experts automobile produisent des certificats de remise en circulation de complaisance. Enfin, la voiture qui n'a pas été réellement réparée est vendue d'occasion à un particulier qui ignore tout de la supercherie.

 L'ampleur du phénomène : au moins 5000 cas
Plus de 5000 épaves maquillées de la sorte ont été comptabilisées par les gendarmes cet été dans le cadre d'une enquête qui a permis de démanteler un réseau qui sévissait en Ile-de-France et dans le Loiret, selon les informations de nos confrères du Parisien

 Problème : sécurité et assurance
Outre les problèmes de sécurité pour le véhicule comme pour les autres usagers de la route, sachez qu'en cas d'accident, "vous risquez de vous voir refuser toute indemnisation par votre assurance auto", précise Autoplus car il est probable que l'expert établisse que la voiture n'est pas conforme à celle que vous avez déclaré.

 Les précautions : une expertise pour 100 à 150 euros
Si vous achetez une voiture d'occasion, ne vous fiez pas aveuglément au contrôle technique. Car non seulement le vendeur peu scrupuleux peut avoir ses entrées auprès d'un garage peu regardant mais surtout les vérifications effectuées lors du contrôle technique ne suffisent pas forcément à détecter qu'il s'agit d'un maquillage de voiture accidentée ou d'une vieille voiture. En revanche, conseille Autoplus, n'hésitez pas à faire appel à un expert : "Pour 100 à 150 euros, grâce à l'immatriculation de l'auto, il vérifiera sur une base professionnelle d'assurance si elle a déjà subi des sinistres".

► La riposte : faire annuler la vente pour vice caché
Vous pouvez saisir le tribunal pour vice caché même s'il s'agit d'une voiture d'occasion, une fois que vous aurez fait expertiser la voiture. Vous avez un délai de deux ans pour intenter cette action à partir de la date à laquelle vous avez découvert le vice. Attention toutefois à ne pas tarder en cas de doute : si le commerçant peu scrupuleux venait à cesser son activité, il deviendrait difficile de le poursuivre. Si vous obtenez gain de cause cela vous permettra de faire annuler la vente et de récupérer votre argent... si toutefois le vendeur peu scrupuleux est solvable.

A LIRE AUSSI
>>
Interdiction des vitres teintées : "Deux mois pour casser le décret" >>  Vitres teintées interdites : 4 solutions pour décoller le film soi-même
>>
Pourquoi  les voitures neuves sont si chères (25.000 euros en moyenne)

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

Voici les trois étapes de l'assouplissement du confinement jusqu'à janvier

EN DIRECT - Covid-19 : moins de 5000 contaminations en 24 heures, une première depuis septembre

Vers la fin de l’attestation de déplacement pour Noël ?

Allègement du confinement : les questions en suspens avant l'allocution d'Emmanuel Macron

"L’eau ça mouille… " : quand Monoprix ridiculise les restrictions dans les rayons

Lire et commenter

Alertes

Recevez les alertes infos pour les sujets qui vous intéressent