Assurance : quand manger bio ou faire du sport fait baisser la facture

Assurance : quand manger bio ou faire du sport fait baisser la facture

MUTUELLES - Baisser le montant de sa prime d'assurance santé en soignant son hygiène de vie : c'est ce qu'une grande compagnie d'assurance va proposer en France en 2017. Ce qui suscite des craintes auprès du ministère de la Santé.

Le montant des primes d'assurance variait déjà en fonction de l'âge et des antécédents médicaux. Il pourrait bientôt aussi dépendre de votre comportement. En clair, manger bio et faire de l'exercice pourrait faire baisser la facture.

Pour l'heure rien de tel en France. Mais l'assureur Generali compte lancer dès l'an prochain une "assurance au comportement" pour les clients de l'Hexagone, selon nos confrères du Parisien . Le pas a été sauté le 1er juillet 2016 en Allemagne, où ce même assureur propose une ristourne dans le cadre de son programme Vitality, aussi proposé au Royaume-Uni, en Australie et en Afrique du Sud.

Voici le principe dans les grandes lignes.

Quelle économie ? 11 à 16%
Ceux qui prendront soin de leur santé pourront faire baisser le tarif de leur contrat d'assurance de "11 à 16%" ou recevoir des "bons de réductions" à faire valoir dans des grandes enseignes ou des agences de voyages par exemple, selon le quotidien. Il est prévu que le programme soit facultatif. Pas de sanction à prévoir donc pour les clients ne souhaitant pas y participer. Generali ne compte proposer ce programme qu'aux employeurs qui mettent en place des mutuelles pour leurs salariés, selon francetv info

► Comment ? En fournissant des données
Pour participer à ce programme, les clients doivent accepter que leur hygiène de vie soit surveillée. Première étape : effectuer un bilan de santé dans une pharmacie agrée pour déterminer son état physique. Deuxième étape : gagner des bons points en cumulant les achats dans les supermarchés bio, en comptabilisant le nombre de pas effectués chaque jour ou encore en effectuer des visites préventives chez le médecin. Troisième étape : saisir ces données en ligne. Des justificatifs pourront être réclamés.

► Qui aura accès aux données ? Une société extérieure
Dans un souci de confidentialité, "ni l'assureur, ni l'employeur n'auront accès aux données", selon le site info de France Télévisions. Ces éléments seront confiés à une société distincte, qui se chargera de les héberger, de les stocker et de les sécuriser. Ce qui n'empêche pas certaines associations de consommateurs, à l'instar de la CLCV citée par le site, de se méfier de ces "méthodes intrusives".

► Que dit la loi ? Des gardes fous
En France, la loi ne permet pas aux assureurs d'accéder aux données de santé des patients, comme le rappelle Marisol Touraine, citée par nos confrères de l'AFP : "L'Open data en santé (NDLR : ouverture des données) impose des règles précises et j'ai fait le choix [...] dans la loi de ne pas permettre aux assureurs d'accéder de manière simple, sans filtre à ces données de santé, parce que il n'y a pas là des enjeux d'intérêt public". Celle-ci dit même craindre qu'"à l'occasion du développement des données de santé certains assureurs viennent conditionner leurs remboursements par le respect de certaines pratiques de vie des assurés".

A LIRE AUSSI 
>> 
Carte européenne de santé : comment bénéficier de la Sécu en vacances
>> 
Assurances vacances : quelles sont les vraies garanties de votre carte ?

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

EN DIRECT - Covid-19 : la vaccination ouverte aux mineurs de 16 et 17 ans atteints de certaines maladies graves

Avignon : un policier tué par balles dans le centre-ville, le tireur en fuite

Météo estivale pour quasiment tout le monde ce week-end, des pointes à 32°C attendues !

Les brocantes et vide-greniers sont-ils maintenus ? Le 20H vous répond

Avignon : qui était le policier abattu ?

Lire et commenter

LE SAVIEZ-VOUS ?

Logo LCI défend l'ambition d'une information gratuite, vérifiée et accessible à tous grace aux revenus de la publicité .

Pour nous aider à maintenir ce service gratuit vous pouvez "modifier votre choix" et accepter tous les cookies. > En savoir plus.