Attention à l'arnaque de l'escroc qui se fait passer pour votre patron

Mon argent

FILOUTERIE - L'arnaque au président explose depuis le début de l'année 2016, selon le FBI. Elle consiste à se faire passer pour un dirigeant d'entreprise auprès d'un employé pour lui ordonner d'effectuer un virement bancaire. C'est très vicieux. Explications.

L'arnaque est colossale et prendrait une ampleur sans précédent. Selon le FBI, la fraude au président aurait coûté 2,3 milliards de dollars (2 milliards d'euros) aux entreprises entre octobre 2013 et février 2016 au sein de 79 pays, rapportent Les Echos .

En France, en cinq ans (l'escroquerie est apparue en 2010), le préjudice déclaré s'élève à 485 millions d'euros. Pas moins de 2300 plaintes ont été déposées pour ce motif, selon le ministère de l'Intérieur .  

A noter En cas d'attaque, demandez au plus vite à la banque le retour des fonds. Et déposez plainte au commissariat ou à la gendarmerie. Plus vous réagirez rapidement, plus les chances de récupérer vos fonds sont grandes, prévient la police.

Le principe : se faire passer pour le patron
La technique est bien rodée. Il s'agit de se faire passer pour un dirigeant ou auprès d'un employé afin de lui faire effectuer un virement vers un compte à l'étranger. Concrètement, les escrocs commencent par identifier le personnel qui s'occupe des comptes, en ciblant tout particulièrement les entreprises qui travaillent avec des fournisseurs étrangers, pour justifier la demande d'un virement bancaire en dollars (même si la demande peut aussi être faite en euros).

En se faisant passer pour l'un des cadres dirigeants, les fraudeurs demandent alors par mail ou par téléphone à l'employé d'effectuer en urgence un virement important à un tiers. Les plus doués en informatique parviennent non seulement à faire afficher le vrai numéro du patron mais aussi à rediriger les appels entrants vers un numéro qu'ils contrôlent. Autrement dit, si le banquier de l'entreprise, suspicieux, appelle le service de comptabilité pour vérifier le bien fondé de la demande de virement, celui -ci tombera sur l'escroc qui le rassurera en se faisant passer pour le comptable.

 Le repérage : sur les sites institutionnels ou dans la presse
Le fraudeurs identifient les noms des dirigeants, présidents, vice-présidents ainsi que ceux de leurs assistants ou de leurs comptables en s'informant sur le site institutionnel de l'entreprise ou dans la presse économique. Ils y trouvent des éléments pour rendre leur requête crédible. Par exemple, ils enverront à une entreprise de construction une facture pour une livraison de vitres ou du ciment ou à un fabricant de pneus, une facture pour du caoutchouc.

 L'évolution : des multinationales aux petites entreprises
Au début, l'arnaque concernait surtout les entreprises du CAC 40 car les informations concernant l'équipe dirigeante et l'activité étaient plus accessibles. Mais désormais les PME et les TPE sont aussi visées. Et pour multiplier les chances qu'un employé morde à l'hameçon, les escrocs n'hésitent pas à réitérer plusieurs fois dans l'année leur tentative d'escroquerie.

EN SAVOIR +
>>
Arnaque au numéro surtaxé : on vous hameçonne ne pleine nuit 
>> 
Site de trading douteux : évitez les arnaques en consultant la liste noire

Sur le même sujet

Et aussi

Lire et commenter