Automobile : l’entretien de votre climatisation risque bientôt de vous coûter plus cher

Mon argent
DirectLCI
TARIFS - Le prix du gaz réfrigérant utilisé dans les climatiseurs de nombreuses voitures a augmenté de 50% à 60% en deux ans. Les garagistes n’ont pas encore répercuté cette hausse sur leurs forfaits d’entretien mais pourraient bientôt ne plus avoir le choix.

Pas de flaque de sueur dans le dos ni de métal de la ceinture de sécurité brûlant : vous chérissez cette climatisation qui rafraîchit l’habitacle de votre voiture en été. Pour la conserver en bon état de marche, il est recommandé de la faire réviser (vérification, nettoyage, changement du filtre) chaque année et de la recharger en gaz réfrigérant tous les deux ans. Sans quoi, elle perdra en efficacité. 

La révision complète du système coûte en moyenne 102 euros dans les centres auto et 123 euros dans les garages de proximité. La recharge seule est quant à elle facturée en moyenne 72 euros en centre auto et 78 euros chez le garagiste, selon une étude du comparateur de prix pour l’entretien automobile Vroomly publiée cet été.

Un gaz contribuant au réchauffement climatique montré du doigt par Bruxelles

Bonne nouvelle, en période de grands départs en vacances, les tarifs sont en moyenne 12% moins élevés grâce à la multiplication des promotions proposées en été. Mauvaise nouvelle, en revanche, les tarifs pourraient augmenter dans les mois à venir. En cause, la hausse du prix du gaz réfrigérant qui circule dans le système de climatisation. 

En vidéo

Il fait chaud, ne laissez pas votre animal dans la voiture

Ce gaz, le R134a, a vu son prix augmenter de moitié en deux ans en raison d’une réglementation européenne baptisée F-gas qui prévoit le retrait progressif des gaz contribuant fortement au réchauffement climatique et dont il fait partie. Face à cette fin annoncée, les industriels en produisent moins. Ce qui crée, sinon une pénurie, une hausse des prix. 

Un substitut incompatible avec les anciens climatiseurs

Hausse qui n’a toujours pas été répercutée par les garagistes sur les factures qu’ils présentent aux clients. Il semble pourtant inévitable que ces tarifs stagnent indéfiniment, à en croire le président de la branche carrosserie du Conseil national des professions de l’automobile (CNPA), cité par nos confrères de Challenges : "Nous souhaitons attirer l'attention des consommateurs et des constructeurs sur l'impact qu'aura sur les prix des prestations facturées aux automobilistes une hausse de 50 % à 60 % du prix du gaz réfrigérant. Les professionnels de la réparation vont devoir répercuter cette hausse sur leurs tarifs." 


Un autre gaz, le HFO-1234yf ayant moins d’impact sur l’effet de serre, est amené à remplacer celui qui est devenu indésirable. Problème, ce substitut est utilisé dans les nouveaux modèles de voiture mais ne peut pas servir dans les anciens systèmes de climatisation car il n’est pas interchangeable avec le R134a. 

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter