L’autorisation de découvert : comment ça marche ?

Mon argent

L'autorisation de découvert est un confort qu'une banque accorde à son client mais il faut savoir que ce service n'est pas gratuit. Retrouvez nos conseils pour bien la choisir.

Il est parfois difficile de s’y retrouver dans les propositions des banques en matière d’autorisation de découvert et de savoir exactement quelle tarification s’applique à chaque situation. 

Retrouvez notre guide pour tout comprendre au fonctionnement de l’autorisation de découvert, évaluer votre besoin en la matière et déterminer l’offre la plus appropriée à votre situation et enfin, savoir ce qui se passe en cas de dépassement d’autorisation.  

Ce qu’il faut savoir sur l’autorisation de découvert

Un découvert autorisé est un accord conclu avec votre banque qui vous permet de présenter un solde négatif sur votre compte courant (c’est-à-dire inférieur à zéro, vous êtes donc débiteur), en respectant toutefois une limite définie avec votre établissement bancaire. Cette limite peut être négociable ou non.

Si vous êtes à découvert dans la limite du plafond autorisé, plusieurs possibilités existent en termes de frais, selon la banque et l’accord négocié avec elle : soit vous ne payez rien, soit vous devez vous acquitter d’agios. 

Ils peuvent être composés de frais forfaitaires seuls. Vous payez toujours le même montant, peu importe le montant du découvert, tant qu’il reste dans la limité préalablement définie, soit, vous payez un pourcentage du montant du découvert, soit vous devez vous acquitter à la fois des frais forfaitaires (une somme fixe) et de frais correspondant à un pourcentage du montant du découvert. Vous trouverez le détail de la tarification dans la brochure tarifaire de votre banque. Vous pouvez aussi solliciter votre conseiller ou le service client pour leur demander quels frais s’appliquent. 

Attention, sachez que quelques banques comme certaines neobanques ne permettent pas le découvert. Vous serez confronté à la même situation si vous possédez une carte bancaire à autorisation systématique. Avec ce type de carte, il sera tout bonnement impossible d’effectuer un paiement qui vous amènerait à afficher un solde négatif.

Pour tout savoir sur les cartes bancaires et choisir la plus adaptée à vos besoins, consultez notre article Quelle carte bancaire choisir.

Nos conseils pour bien choisir son autorisation de découvert

Rappelons tout de même qu’en matière de découvert, le mieux est encore de ne pas en avoir. Toutefois, si vous êtes dans le rouge fréquemment, il convient de souscrire à une autorisation de découvert. Pour savoir quel plafond est le plus pertinent, faites un historique sur les 12 derniers mois de vos découverts et prenez en compte le découvert le plus important. Si vous pensez être amené à atteindre de nouveau ce seuil, négociez avec votre banquier pour obtenir une autorisation de découvert équivalente à ce montant. 

Si ce type de découvert est exceptionnel, peut-être aurez-vous intérêt à prévoir une autorisation de découvert moindre et à voir avec votre banque si vous pouvez modifier vos plafonds, de combien, à quelle fréquence et en combien de temps. 

Enfin, en prenant en compte ces éléments, vous serez amené à choisir le moyen de souscription : en direct auprès de votre conseiller avec une tarification variable ou bien via l’achat d’un pack de services bancaires. En effet, la plupart des banques traditionnelles proposent dans leurs packs une autorisation de découvert, avec un plafond fixe, que vous pouvez néanmoins moduler à la discrétion de votre conseiller. 

Découvrez aussi notre dossier Faut-il choisir une banque en ligne ou une banque traditionnelle ? 

L’info en plus : que se passe-t-il en cas de dépassement du plafond autorisé ?

Attention, posséder une autorisation de découvert ne signifie pas que vous pouvez sans conséquence afficher n’importe quel découvert. Au-delà de la limite préalablement définie, la situation est la même que si vous n’aviez aucune autorisation de découvert et les agios peuvent être très importants. Ils ne peuvent cependant en aucun cas dépasser le taux d’usure, le taux maximum autorisé par la banque de France.

Vous souhaitez maîtriser vos frais bancaires ? Consultez notre dossier dédié agrémenté de notre TOP 10 des banques les moins chères du moment.

Cet article ne doit en aucun cas s'apparenter à un conseil en investissement ou une recommandation d'acheter, de vendre ou de continuer à détenir un investissement. LCI ne saurait être tenue responsable d'une décision d'investissement ou de désinvestissement sur la base de cet article.