Bercy veut limiter vos paiements en liquide

Bercy veut limiter vos paiements en liquide

DirectLCI
CB - Michel Sapin veut vous faire utiliser la carte bancaire, même pour les petits montants. Pour cela, Bercy va supprimer la part fixe de la commission interbancaire supportée par les commerçants.

"Carte bancaire acceptée à partir de 15 euros". Ces affiches placardées chez certains commerçants seront bientôt de l'histoire ancienne. Le ministre des Finances, Michel Sapin, souhaite en effet en finir avec les montants minimum d'achat avec ce moyen de paiement.

A l'occasion de l'ouverture, ce mardi 2 juin 2015, des Assises des moyens de paiement, le patron de Bercy annonce plusieurs mesures destinées à développer l'usage de la carte bancaire, qui est le moyen de paiement préféré de 71% des Français, selon un sondage CSA dévoilé le 1er juin. 

EN SAVOIR + >>  Argent liquide, retraits, crédits : le gouvernement veut tout contrôler

Frais fixes imposés par les banques

Acheter du pain au supermarché parce que votre boulangerie n'accepte pas le paiement pas carte bancaire pour si peu. Faire un aller-retour au distributeur pour régler une consommation dans un café. Ou prendre une formule plus chère que prévu pour être sûr que votre carte sera acceptée. Toutes ces situations agaçantes pourraient ainsi bientôt disparaître.

Techniquement, il faudra mettre les banques à contribution pour faire sauter ce blocage. Car si les petits commerçants imposent un montant minimum, ce n'est pas pour le plaisir de vous embêter mais pour éviter les frais fixes (ou commission interbancaire de paiement) prélevés par les banques sur chaque paiement par carte.

"Passer par une loi" si nécessaire

Pour que les commerçants ne soient pas lésés, le patron de Bercy a donc décidé de faire baisser le coût des petites transactions. "J’ai décidé que la part fixe de la commission interbancaire sera supprimée", a-t-il déclaré dans un entretien aux  Echos . Quant à la commission minimale supportée directement par les commerçants sur les transactions par carte, "elle devra être au moins divisée par deux". 

Et si les banques ne se montrent pas conciliantes, le gouvernement n'hésitera pas à "passer par une loi" pour imposer la mesure. C'est en tout cas ce que le ministre avait annoncé le 20 mai 2015 dans l'émission "Questions d'Info" LCP-France Info-Le Monde-AFP. 

Moins de chèques pour limiter la fraude

Pour booster les moyens de paiement modernes, qui présentent l'avantage de limiter les risques de fraude, Bercy va inciter les consommateurs à abandonner le chèque au profit du prélèvement et du virement bancaires. 
 
Enfin, Bercy veut étendre le paiement sans contact, qui est "encore l'apanage des populations urbaines et technophiles", selon le ministre. Ainsi, à partir du 1er janvier 2016, tous les nouveaux terminaux de paiement seront équipés de cette technologie. Et tous devront avoir fait la bascule fin 2020. 
 

 EN SAVOIR +
>>
Changer de banque, bientôt une simple formalité >> Les banques les moins chères

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter