Billets chers à l'ouverture des ventes SNCF pour le ski : "N'hésitez pas à favoriser une autre date ou à prendre le bus"

Mon argent
DirectLCI
REVUE DE TWEETS - Dès ce mardi matin, à l'ouverture des ventes de billets SNCF pour les vacances d'hiver, les voyageurs se plaignaient de ne pas trouver de petits prix pour rejoindre les gares proches des stations de ski. En guise de réponse, la compagnie ferroviaire leur a donné des conseils bien avisés, quoique un peu étranges.

A force, les voyageurs ne devraient plus s'en étonner. Trouver des billets de train à petits prix vers des destinations prisées les jours de grand départ relève du miracle. Ce mardi 6 novembre, vers 6h du matin, la SNCF donnait ainsi le coup d'envoi des ventes de tickets de TGV ou d'Intercités pour voyager du 8 janvier au 10 mars, période qui inclut notamment les vacances scolaires d'hiver pour les trois zones. 


Mais, dès le début de l'opération, la déception a rapidement été perceptible sur Twitter. Levés à l'aube, des internautes décidés à arracher les meilleures offres pour partir au ski cet hiver ont alors témoigné de leur difficulté à en débusquer sur le site oui.sncf. L'un d'eux, à la recherche d'un billet Paris-Bourg-Saint-Maurice pour samedi 23 février, regrette par exemple d'avoir mis sont réveil si tôt pour ne rien obtenir en dessous de 118 euros.

Ce voyageur émet même le doute qu'il y ait eu des petits prix à l'ouverture des ventes. Réflexion qui rappelle les protestations déjà émises sur le réseau social,  au début du mois d'octobre, au lancement des ventes de billets pour Noël. LCI avait d'ailleurs constaté à l'époque, en effectuant un test dès 6h du matin, que le prix des allers-retours Paris-Marseille, par exemple, avaient démarré à près de 160 euros pour les jours d'affluence (alors que les Prem's pour un trajet simple sur ce voyage débutent à 25 euros).


Revenons à ce mardi, en milieu de matinée, quelques heures donc après l'ouverture des ventes pour les vacances d'hiver. Nous avons effectué le test pour un Paris-Grenoble.  Et nous avons trouvé un seul billet à moins de 100 euros pour un aller samedi 23 février au matin. Précisément, le trajet était proposé à 94,10 euros et à condition de partir à 6h59. A d'autres horaires, il restait (encore) de nombreux tickets entre 103 et 121 euros. Pour le retour, samedi 2 mars dans l'après-midi, il restait encore un billet à 53 euros pour un départ à 18h04. Plus tôt dans l'après-midi, il aurait fallu débourser entre 97,50 euros et 178,40 euros.

D'autres utilisateurs, constatant à leurs dépens l'absence de billets bon marché à l'ouverture des ventes, se demandaient s'il s'agissait d'"une blague". L'une d'eux s'étonnait notamment qu'un aller-retour pour Annecy, avec carte de réduction, lui soit facturé 500 euros pour trois adultes et deux enfants, dont un bébé.  Que faire alors ?  Décaler les vacances des enfants en leur faisant manquer les cours, envisageait-elle. Une solution qui n'est pas sans rappeler ceux qui déclaraient -ironiquement- au coup d'envoi des ventes pour les fêtes qu'il suffirait de fêter Noël un autre jour pour profiter d'offres intéressantes. 

Explication déjà mille fois avancée par la SNCF pour justifier sa politique tarifaire : les prix dépendent du nombre de voyageurs et les vacances d'hiver sont une période d'affluence. Traduction : pour trouver un train pas cher, il convient de partir hors saison dans un endroit qui n'attire pas les foules. 

Autre conseil donc : prenez le bus ! Dixit le community manager de la SNCF. 

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter