Bitcoin et autres cryptomonnaies : les pièges à éviter

CONSEILS - En dépit des multiples risques qui planent sur le bitcoin, une étude YouGov montre que les Français sont séduits par cet investissement fortement rémunérateur (pour l'instant). Voici quelques pièges à éviter.

"C'est décidé, j'investis mes économies dans le bitcoin. C'est la monnaie du futur !" Cette phrase, on l'a tous déjà entendue au moins une fois au cours des derniers mois. "N'en déplaise à Nabilla, on ne peut pas investir dans le bitcoin les yeux fermés", blâme Renaud Lifchitz, expert blockchain et membre de l'association "Le Cercle du Coin". Sur son compte Snapchat, la star de télé-réalité a vanté dernièrement les mérites du bitcoin, "la nouvelle monnaie grave en train de se développer". Entraînant une réponse de l'Autorité des marchés financiers (AMF), qui a rappelé à la starlette les dangers liés à ce placement à haut risque, non régulé et ultra-spéculatif.

Le bitcoin, qui ne valait que quelques centimes d'euros en 2009, a vu sa valeur être multipliée par quinze l'an dernier : entre janvier et décembre 2017, son cours est passé de 650 euros l'unité à près de 20.000 euros, avant de replonger vers les 10.000 euros et de se stabiliser autour des 13.000 euros en tout début d'année. Des chiffres qui ont de quoi faire tourner la tête, mais qui ne doivent faire oublier un principe essentiel : c’est un placement extrêmement risqué !


"Quand on entend des histoires de gens qui contractent des prêts ou qui hypothèquent leurs maisons pour acheter des cryptomonnaies, cela va totalement à l’encontre de la grande règle d’or : investir uniquement ce qu'on est éventuellement prêt à perdre. Ces gens risquent de se retrouver ruinés, pour un gain potentiel qui n'est même pas avéré", alerte Renaud Lifchitz.

Surtout, ne foncez pas tête baissée

Avant de vous précipiter, il est important de prendre le temps de se former aux techniques et aux outils financiers. "Cela nécessite bien six mois pour se former correctement, estime Renaud Lifchitz. Savoir ce qu'est un achat au marché, un ordre à court limité, une vente à découvert, ce genre de choses. Il faut se familiariser autant que possible à cette culture pour bien comprendre le projet sur lequel on investit, ainsi que les outils qu'on va utiliser pour acheter ou vendre. Il existe des livres de vulgarisation pour apprendre le fonctionnement de la bourse ou le forex (l'abréviation de FOReign Exchange, qui signifie marché des changes ou encore marché des devises, ndlr)." 

N'achetez pas quand la valeur grimpe

A première vue, cela peut sembler logique, mais il est plus prudent d'investir lorsque la valeur d'une devise virtuelle a chuté, et non pas lorsqu'elle augmente. "Globalement, la meilleure stratégie est d'acheter et de conserver ses cryptomonnaies sur un temps long, durant plusieurs mois voire plusieurs années, et les revendre, conseille Renaud Lifchitz. D'abord, c'est moins stressant. Et c'est aussi moins coûteux en frais de transaction. Plus on regarde au jour le jour les variations, plus on fait d'échanges pour essayer de faire un coup, plus on risque de perdre de l'argent. C’est la même chose que lorsque vous jouez au casino."

Oubliez le bitcoin, c’est déjà trop tard

Il y a généralement quatre cycles dans l'actualité financière : le temps des créateurs, le temps des initiés, le temps des médias et enfin le temps du grand public et des réseaux sociaux. "On considère en général qu'il faut investir sur les deux premiers temps et de vendre, pour profiter de ses gains, sur les deux derniers, souligne Renaud Lifchitz. Quand une actualité financière arrive dans les médias ou sur les réseaux sociaux, comme on le voit à l'heure actuelle avec le bitcoin, c'est qu'en général le bon filon est passé. C'est à ce moment-là que les créateurs et les initiés, autrement dit les gros investisseurs, vont commencer à désinvestir pour plumer le public qui arrive, pour le dire cyniquement." 


Aujourd'hui, il est un petit peu tard pour investir dans le bitcoin, estime notre expert, qui recommande plutôt d'investir sur des monnaies virtuelles à plus fort potentiel. "Il existe aujourd’hui des centaines de cryptomonnaies. Pour les comparer, on peut se rendre sur le site CoinMarketCap, qui les répertorie presque toutes. Mais s'il y en avait qu'une seule à citer, à mon humble avis, c'est l'ethereum. Pourquoi ? Parce qu'elle commence à être mature, il y a une solide équipe derrière avec une feuille de route déjà tracée. Et surtout, ethereum n'est pas qu'une cryptomonnaie, il y a plein d'applications business, pour les banques, les assurances, et même pour le vote électronique."

Attention, vous payerez des impôts sur vos gains

La réglementation autour des cryptomonnaies est de plus en plus stricte, que ce soit sur la déclaration, la taxation, voire même, dans certains pays sur l'interdiction d’échange ou de possession. "En France, il y a l'obligation de déclarer des comptes à l'étranger. D'autre part, les bénéfices sont imposables. Le porte-parole du gouvernement a déclaré, mercredi 11 janvier lors d’un déplacement à Lyon, qu'il n'y avait pas de raison que la flat tax - ou prélèvement forfaitaire unique -  voulue par Emmanuel Macron ne s'applique pas aux cryptomonnaies", précise Renaud Lifchitz.

Méfiez-vous des pubs sur les réseaux sociaux

"Achetez du bitcoin, c’est le moment !". Les publicités faisant la part belle au bitcoin sont légion sur les réseaux sociaux, notamment Twitter et Facebook. "Ce sont en fait des intermédiaires, précise Renaud Lifchitz. Il y a deux risques : d’une part, il peut s'agir d'une escroquerie, vous risquez alors de perdre votre argent. D'autre part, même s'ils sont honnêtes, ces intermédiaires vont vous prendre des frais relativement importants en comparaison à un achat en direct." De même, évitez les plateformes de paris en ligne ou d'options binaires, qui abusent souvent de la crédulité des particuliers. "Dans tous les cas, ce n'est pas une bonne affaire de passer par ces intermédiaires. Mieux vaut acheter sur de vraies plateformes d'échanges officielles où il y a très peu de frais lors de l'achat ou de la revente."

En Europe, on trouve notamment Bitstamp, qui est la plus importante. Il y a aussi Kraken ou Coinbase, qui sont basés aux Etats-Unis, ou encore Binance, en Asie. Il est également possible d'acheter des monnaies virtuelles à vos voisins. Par le biais de sites web de mise en relation, vous pouvez trouver, dans votre quartier ou votre ville, quelqu'un qui vend ou qui achète, et lui donner rendez-vous. "L'argent est mis sur un compte sous séquestre et quand les deux acteurs de l'échange se sont mis d'accord, il est débloqué. C'est relativement fiable, et plutôt rassurant pour l'usager." La plateforme la plus connue est LocalBitcoins. Les frais sont un peu plus importants que sur les plateformes classiques. Comme les prix varient très vite, ils ne sont pas toujours actualisés aussi rapidement dans le monde physique. Soyez attentifs !

Ne révélez jamais le montant de votre portefeuille

Lorsqu'on commence à posséder une somme importante, mieux vaut pour éviter les convoitises et de se faire braquer, ne pas le crier haut et fort sur tous les toits. Evidemment, il est plus difficile de voler de la cryptomonnaie que de l'argent physique, étant donné qu'elle n'est pas visible. Récemment, en Turquie, un riche détenteur de bitcoins s'est fait kidnappé. Les malfrats voulaient lui extorquer son mot de passe. 

Ne laissez pas de gros montants sur les plateformes d'échanges

Si vous avez des sommes importantes de bitcoin, évitez de les laisser sur une plateforme d'échanges, souligne Renaud Lifchitz. Car celle-ci peut se faire pirater ou fermer du jour au lendemain, comme cela s'est vu récemment et à plusieurs reprises. L'exemple de la plateforme d'échanges Mtgox, qui a fait faillite du jour au lendemain, est assez parlant. 


"Toutes les cryptomonnaies qui étaient stockées se sont évaporées, les investisseurs ont tout perdu, raconte l'expert. Il existe plusieurs dispositifs permettant de stocker ses devises virtuelles. Soit des portefeuilles applicatifs, sur ordinateur ou smartphone. Cela nécessite, évidemment, de mettre un mot de passe fort." L'un des outils les plus connus s'appelle Jaxx, il est compatible avec tous les systèmes d'exploitation. On peut aussi utiliser une clé USB sécurisée, ce qu'on appelle des portefeuilles à froid. L'avantage, c'est que le système n'est pas connecté à Internet. Cela évite le risque de piratage ou de vol. La société française Ledger a commercialisé un produit de ce type. 

Tout savoir sur

Tout savoir sur

La folie du bitcoin

Plus d'articles

Sur le même sujet