Il pourrait rapporter 10 fois plus qu'un livret A : faut-il miser sur le fonds d'investissement lancé par le gouvernement ?

Il pourrait rapporter 10 fois plus qu'un livret A : faut-il miser sur le fonds d'investissement lancé par le gouvernement ?
Mon argent

CAPITAL RISQUÉ - Investir 5000 euros dans 1500 PME, c'est ce que va permettre le nouveau fonds ouvert aux particuliers, dévoilé aujourd'hui par Bercy et BPIfrance. À la clé, un rendement promis dix à quinze fois supérieur à celui d'un Livret A, mais quid des risques d'un investissement jusque-là réservé au monde de la finance ?

D'ordinaire, le capital-investissement, ce que les spécialistes appellent le private equity, et affaire de professionnels. Investir dans des sociétés naissantes, de taille petite ou moyenne, et qui ne sont pas cotées en Bourse, demande de l'expérience, un coeur bien accroché, et des reins solides côté finances.  Le genre de chose qui en fait un placement hors de portée de l'épargnant moyen.

En tout cas jusqu'à aujourd'hui. Car ce que vient de présenter Bruno Le Maire sur LCI, le "Fonds Bpifrance Entreprises 1", s'adresse lui uniquement aux particuliers, avec pour but de réorienter une partie de leur épargne vers "l'économie réelle", et de soutenir la croissance des petites entreprises. 

5000 euros de ticket d'entrée

Un investissement sous conditions,  dont on sent bien qu'il a été créé avec la plus grande prudence. "Cela fait longtemps qu’on cherche la martingale, qu’on essaye de permettre aux français d’investir dans les PME", explique Nicolas Dufourcq, le Directeur général de BPIfrance, la Banque Publique d'Investissement, déjà largement sollicitée pour soutenir les entreprises depuis le début de la crise sanitaire. D'où un investissement minimum, pour ne pas risquer les économies des plus petits épargnants.

Pour étaler le risque du placement, celui-ci est diversifié, entre 1500 entreprises petites et moyennes, dans tous les secteurs. "Il y a des PME, des startups, des ETI, l'essentiel ont moins de 200 employés, et ce dans tous les secteurs, un tiers ont de forts accents technologiques, mais il y en a aussi dans les services, l'industrie, la santé...", détaille le patron de BPIfrance. Dans le lot, 90% ne sont pas cotées en Bourse, et si quelques-unes sont européennes, l'essentiel sont bien françaises. De quoi éviter de risquer son épargne sur le destin d'une seule entreprise ou d'un secteur en particulier.  "En plaçant 5000 euros, c'est comme si vous misiez un peu plus de trois euros sur chacune d'entre elles", sourit Nicolas Dufourcq.

Lire aussi

Des bénéfices exonérés d'impôts (ou presque)

En fait, pour arriver à créer un placement distribué sur tant d'entreprises, la Banque Publique d'Investissement n'a pas choisi les sociétés une à une, elle est partie de l'existant, des 145 fonds d'investissements dont elle est partenaire, des professionnels qui ont eux sélectionné chacune de ces 1500 sociétés. Le "Fonds BPIfrance Entreprises 1" n'est en fait que le versant grand public d'un produit déjà disponible pour les professionnels, un outil de co-investissement dans des entreprises triées par des spécialistes, qui ont voté avec leur carnet de chèque.

Rendement visé : autour de 5 à 7%, bien loin des intérêts affichés par un Livret A, passé cette année à 0,50% annuels, ce qui n'a d'ailleurs pas découragé les épargnants. Bien loin aussi d'une assurance-vie, placement chouchou des français, qui peine à se hisser au-dessus de 1% de rendement. Mais attention, rappelle BPIfrance, à ces niveaux de rendements, le risque - même mesuré - est bien réel, et le capital investi n'est pas garanti. "C'est un investissement, pas un produit d'épargne classique", martelle Benjamin Paternot, Directeur Exécutif de BPIfrance. Ainsi, tous les fonds seront bloqués pendant cinq ans. L'épargnant pourra aussi choisir de ne toucher aucun dividende pendant cette période, en échange d'une exonération d'impôt sur les plus-values, à l'exception de la CSG et la CRDS, qui ne connaissent, elles, aucune exception.

Toute l'info sur

Coronavirus : l'impact économique de la pandémie

En vidéo

Épargne : pourquoi le Livret A attire-t-il toujours autant ?

Une souscription ouverte chaque année

Seule surprise : la taille finalement modeste du fonds, 95 millions d'euros, bien loin des milliards que la même BPIfrance a déployé en aides et prêts aux entreprises ces derniers mois. "On est en territoire inconnu", rappelle Nicolas Dufourcq pour expliquer une prudence délibérée, "ce genre de chose n’existe nulle part ailleurs dans le monde."  Mais cela pourrait évoluer, selon le succès de l'opération, BPIfrance prévoyant déjà de lancer un nouveau fonds comparable l'année prochaine. Proposé aux guichets des banques, le FCPR BPIfrance Entreprises 1 est déjà disponible en ligne.

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

EN DIRECT - Lutte contre l'islamisme : Macron et Darmanin à Bobigny cet après-midi

CARTE - Covid-19 : à quel stade en est l'épidémie, département par département ?

Stéphane, témoin du meurtre de Samuel Paty : "A 30 secondes près, on aurait pu faire quelque chose"

EN DIRECT - Covid-19 en Ile-de-France : en réanimation, "les chiffres montent très vite, trop vite"

Enseignant tué : ce que disait son cours sur la liberté d'expression

Lire et commenter

Alertes

Recevez les alertes infos pour les sujets qui vous intéressent