Budget 2019 : prime d'activité, RSA, APL... les prestations qui augmentent (vraiment), celles qui stagnent (presque)

Mon argent
DirectLCI
ALLOCATIONS - Le projet de loi de finances pour 2019, présenté ce lundi, affiche une volonté de "rendre payante la reprise d'une activité professionnelle" tout en "améliorant l'aide aux plus fragiles". Revue de détails du sort réservé aux différentes prestations sociales.

Favoriser le travail et aider les plus fragiles, c'est l'idée développée dans le projet de Budget pour 2019, présenté lundi 24 septembre, par l'exécutif.  "De manière générale, le gouvernement fait le choix de privilégier les revalorisations des prestations qui bénéficient aux plus fragiles et de celles qui accompagnent le mieux l’insertion dans l’activité", affirme ainsi le ministère de l'Economie. 


Voici les coups de pouce, ou pas, prévus pour l'an prochain (montants par mois). 

Les prestations significativement en hausse

• Prime d'activité : + 20 euros

"Un bonus individualisé de 20 euros sera créé en 2019", précise le gouvernement, en annonçant aussi que ce bonus serait revalorisé de 20 euros de plus en 2020 et 2021. Son montant avait déjà été revu à la hausse de 20 euros en 2018. Sur l'ensemble du quinquennat, cette prestation, qui dépend de votre situation personnelle (son montant moyen est actuellement de 158 euros), sera ainsi revalorisée de 80 euros.


• Allocation adulte handicapé (AAH) : + 40 euros

Son montant maximal (819 euros actuellement) sera "porté à 900 euros en 2019", assure l'exécutif sans préciser le calendrier. L'augmentation se fera en deux temps, précise toutefois le site de l'administration fiscale : le montant sera d'abord porté à 860 euros en novembre de cette année puis à 900 euros en novembre 2019.


• Minimum vieillesse : + 35 euros

Cette prestation (833,20 euros actuellement) augmentera de "35 euros dès janvier 2019", prévoit le gouvernement. Techniquement baptisée allocation de solidarité aux personnes âgées (Aspa), il s'agit en fait de la deuxième hausse sur les trois promises. Outre le coup de pouce de 2019, elle avait déjà augmenté de 30 euros en avril dernier et le sera de nouveau de 35 euros en janvier 2020, selon le projet énoncé.

En vidéo

APL : le nouveau mode de calcul

Les revalorisations égales ou inférieures à l'inflation

• Revenu de solidarité active (RSA) :  = inflation

Le RSA (550,93 euros actuellement pour une personne sans enfant) sera revalorisé "sur la base de l’inflation", prévient l'exécutif. L'inflation attendue pour 2018 est de 1,6 %. Quoiqu'il en soit au moment venu, l'indexation du RSA sur ce critère n'implique donc ni gain, ni perte de pouvoir d'achat pour ses bénéficiaires.


• Aides personnalisées au logement (APL): + 0,3 %

Cette augmentation des APL de seulement 0,3 % (bien en dessous des prévisions d'inflation) avait déjà été annoncée par le Premier ministre Edouard Philippe en août. En outre, un nouveau mode de calcul est prévu dans le Budget 2019 : "Les APL seront désormais calculées et versées sur la base des ressources actuelles et non plus celles touchées deux ans auparavant. Cette réforme permettra d’actualiser de manière automatique et tous les trimestres les ressources des bénéficiaires afin de déterminer de façon plus juste le montant d’APL à verser en fonction de la réalité des ressources perçues". 


• Allocations familiales : + 0,3 %

Les allocations familiales seront, elles aussi, à peine revalorisées de 0,3%, soit en dessous de l'inflation. 


A noter : en marge de ces prestations sociales, le chèque énergie (montant moyen de 150 euros par an actuellement), destiné aux ménages en précarité énergétique, sera "augmenté à 200 euros en 2019".

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter