Budget de la Sécu : ces mesures qui pourront affecter vos finances en 2017

DirectLCI
SÉCU - Hausse des petites retraites, soins dentaires, revenus tirés d'Airbnb ou Drivy, prix du tabac à rouler... voici les principales mesures du projet de budget de la Sécurité sociale voté ce mercredi par l'Assemblée nationale.

Le trou de la Sécu est en ligne de mire. Le projet de budget de la Sécurité sociale pour 2017 a été voté ce mercredi par l'Assemblée nationale après une première lecture la semaine dernière. Ces mesures qui concernent aussi bien l'Assurance maladie que les retraites, les prestations familiales ou les demandeurs d'emploi devraient permettre de réduire le déficit à 4,2 milliards d'euros l'an prochain contre 7,1 milliards cette année. De quoi "remettre d'aplomb les comptes" de l'organisme, comme l'a assuré la ministre de la Santé, Marisol Touraine,  reçue ce matin sur LCI. Ce qui n'est cependant pas sans conséquences pour les particuliers. En attendant leur adoption définitive en décembre, voici les principales mesures qui risquent d'affecter vos finances (en bien ou en mal) l'an prochain. 


Petites retraites : un coup de pouce fiscal

C'est un moyen d'améliorer la situation des personnes âgées modestes. 550.000 ménages de retraités profiteront dès janvier d'une baisse (3,8% au lieu de 6,6%), voire d'une suppression, de la contribution sociale généralisée (CSG). Les plafonds de revenus pour en bénéficier sont fixés respectivement à 1331 euros et à 1018 euros nets par mois. Le coût de cette mesure est évalué à 280 millions d'euros dont le financement reste à trouver. La fiscalité des actions gratuites pourrait être alourdie dans ce but.

Tabac à rouler : 1 euro plus cher

Rouler ses cigarettes soi-même, sera moins économique. Afin de lutter contre le tabagisme des jeunes le prix des paquets de tabac à rouler devrait passer de 7,50 euros à 8,60 euros. Le texte prévoit en effet d'augmenter les taxes de 15%. Cette mesure est une victoire de la députée PS Michèle Delaunay - également présidente de la fédération d'associations Alliance contre le tabac - qui avait déposé cet été un amendement en ce sens, constatant notamment que l'an dernier, les ventes de tabac à rouler ont augmenté de 3,5%, bien plus vite que celles des paquets de cigarettes déjà confectionnées, qui ont connu, elles, une hausse de 1,4%.

En vidéo

Tabac à rouler : 15% de hausse en 2017

Chômeur-entrepreneur : l'aide devient dégressive

L'aide à la création ou à la reprise d'entreprise pour les demandeurs d'emploi (Accre) devient dégressive pour ceux qui tireront des revenus de leur nouvelle activité. Ainsi  les chômeurs-entrepreneurs qui gagneront plus de 28.962 euros (soit 8% des bénéficiaires actuels du dispositif) verront leur aide baisser. Et au-delà de 38.616 euros, elles disparaîtra carrément. Le détail du calcul n'a pas encore été donné.


Airbnb, Drivy, Zilok... : taxation des gros revenus

Où est la frontière entre l'activité destinée à arrondir les fins de mois et les revenus professionnels ? En dépit de la réticence des députés à assimiler les particuliers qui proposent leurs biens à la location à des professionnels, le gouvernement a obtenu (en refaisant voter un amendement une première fois rejeté) la création d'un seuil d'affiliation au régime social des indépendants pour ceux qui utilisent à outrance les plateformes d'économie collaborative. En clair, ceux qui louent leur logement doivent payer des cotisations à partir de 23.000 euros de revenus annuels. Ceux qui louent leur voiture, leur bateau, leur tondeuses ou n'importe quel bien devront s'y soumettre à partir de 7720 euros.

En vidéo

JT WE – Les revenus d’Airbnb ou Drivy bientôt taxés

Soins dentaires : une amélioration des remboursements

Le dentiste trop cher ? La ministre de la Santé a promis de faire baisser la facture pour ceux qui renoncent à un implant à cause du coût trop élevé qui reste à leur charge. Le texte prévoit de consacrer 200 millions d'euros à l'amélioration des remboursements grâce à un plafonnement du prix des prothèses en échange d'une revalorisation des soins tels que les caries ou le détartrage. Concrètement, cela relève en fait de la convention négociée entre l'Assurance maladie et les syndicats de dentistes. Les différentes parties ont jusqu'au 1er février 2017 pour ajouter un avenant à la convention actuellement en vigueur. Sans quoi, le gouvernement a déjà annoncé son intention d'imposer de toute façon une baisse des tarifs.

Plus d'articles

Sur le même sujet

Lire et commenter