Heures sup, allocations, mutuelles... les principales mesures du budget de la Sécu

Mon argent
DirectLCI
POUVOIR D'ACHAT - Le projet de loi de financement de la Sécurité sociale pour 2019 a été adopté définitivement par le Parlement ce lundi soir. Remboursement à 100% de certains soins optiques, dentaires et auditifs, complémentaires santé à 1 euro par jour, revalorisation de l'AAH... retrouvez les principales mesures qui concernent les particuliers.

En dépit des demandes de reports en raison du contexte social agité par la colère des Gilets jaunes, le projet de loi de financement de la Sécurité sociale (PLFSS) pour l'an prochain a été définitivement adopté par le Parlement ce lundi 3 décembre dans la soirée. Au terme de longs débats menés cet automne, 48 députés ont finalement voté en faveur de ce texte (32 ont voté contre) qui prévoit des comptes excédentaires pour la première fois depuis 2001. 


Le Sénat avait toutefois rejeté ce projet la semaine dernière, lui reprochant non seulement "la sous-revalorisation des prestations sociales" pour les deux prochaines années, mais aussi "l'ampleur des coupes financières programmées au détriment de la Sécurité sociale". Qu'il s'agisse du montant des prestations, du remboursement des soins de santé ou des coups de pouce aux travailleurs, voici les principaux changements pour les particuliers. 

Pouvoir d'achat : soutien pour les uns, baisse pour les autres

• Retraites, APL, allocations familiales : revalorisation de 0,3%

Les pensions de retraite, les aides personnalisées au logement (APL) et les allocations familiales n'augmenteront que de 0,3% en 2019. Une revalorisation bien en dessous de l'inflation actuelle (1,9% selon le dernier indice de l'Insee), qui implique donc une perte de pouvoir d'achat. Toutefois, un geste a été fait pour les retraités modestes (350.000 foyers) exonérés de la hausse du taux de CSG de 1,7 point. La prime d'activité bénéficiera en revanche en avril 2019 d'un bonus, qui atteindra par exemple 30 euros pour un célibataire au Smic.

   

• Minimum vieillesse et AAH : revalorisation exceptionnelles 

Le minimum vieillesse sera relevé de 35 euros en janvier 2019, après une première hausse de 30 euros en 2018. L'allocation adulte handicapé (AAH)  augmentera de 40 euros au 1er novembre 2019, après avoir déjà augmenté de 40 euros en 2018.


• Heures supplémentaires : "désocialisées" en septembre 

Les salariés seront exonérés de cotisations sur les heures supplémentaires dès septembre 2019. La date, initialement fixée à 2020, a ainsi été avancée.  A noter que contrairement au dispositif mis en place sous Nicolas Sarkozy, les "heures sup" ne seront pas défiscalisées. Selon les estimations du gouvernement, cette mesure fera gagner en moyenne 200 euros par an aux salariés du secteur privé.

En vidéo

Retraites complémentaires, allocation aux adultes handicapés, prime d'activité... : ce qui change à partir du 1er novembre 2018

Les remboursements et dépenses de santé

• Reste à charge zéro (optique, dentaire, audition) :  mise en oeuvre sur trois ans

En ce qui concerne les dépenses de santé, le reste à charge zéro, c'est-à-dire le remboursement intégral par la Sécurité sociale et les complémentaires de certaines lunettes, prothèses dentaires et auditives, sera progressivement mis en oeuvre jusqu'en 2021, grâce notamment à la fixation de tarifs plafonds qui devront être proposés par les professionnels.

   

• Accès aux soins : des complémentaires santés à 1 euro par jour

La couverture maladie universelle complémentaire  (CMU-C) sera étendue aux personnes aujourd'hui éligibles à l'Aide à la complémentaire santé (ACS), afin d'améliorer le remboursement des soins des plus modestes. Cette mesure, qui entrera en vigueur à partir du 1er novembre 2019, concernera 1,2 million de bénéficiaires. Ces personnes auront accès à des offre à moins de 1 euro par jour.   

   

• Médicaments non-génériques : moins bien remboursés en 2020

Les patients refusant sans justification médicale les médicaments génériques proposés par leur pharmacien à la place des médicaments de la marque d'origine seront moins bien remboursés à partir de 2020. Les médecins prescrivant un médicament de marque "non substituable" devront dorénavant justifier ce choix par "des critères médicaux objectifs" tels que par exemple une allergie à un excipient. 

En vidéo

Le reste à charge zéro : quelles conséquences au niveau des mutuelles ?

Les congés maternité et paternité

• Congé maternité : allongé pour les travailleuses indépendantes 

Les travailleuses indépendantes, cheffes d'entreprises et agricultrices pourront bénéficier en 2019 d'un congé maternité aussi long que celui des salariées. Les 20.000 femmes concernées chaque année devront ainsi prendre au minimum huit semaines (contre un peu plus de six actuellement) et seize au maximum (au lieu de presque onze actuellement), soit 38 jours de congés indemnisés supplémentaires.


• Congé paternité : étendu pour les pères d'un bébé prématuré

 Quant aux pères d'un nouveau-né placé dans une unité de soins spécialisée (comme c'est le cas des bébés prématurés par exemple), ils bénéficieront pour leur part d'un congé paternité supplémentaire pendant la période d'hospitalisation de l'enfant.

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter