Le champion du monde des camemberts est québécois : "Un fromage industriel, sur lequel on a mis le mot camembert"

Le champion du monde des camemberts est québécois : "Un fromage industriel, sur lequel on a mis le mot camembert"

DirectLCI
PAS SÉRIEUX - Un fromage québécois vient d'être sacré meilleur camembert du monde lors d'un championnat international organisé aux Etats-Unis. Pour le critique gastronomique Périco Légasse, ce concours "n'a en soi aucune importance".

Est-ce bien du camembert ? Un fromage à pâte molle à croûte fleurie québécois a été sacré meilleur "camembert" du monde à un concours, le World Championship Cheese Contest, organisé dans le Wisconsin aux Etats-Unis et dont les résultats ont été publiés vendredi 16 mars 2018. Pour Périco Légasse, journaliste et critique gastronomique, cela ne fait aucun doute : "Ce n'est pas du camembert, c'est un fromage industriel sur lequel on a mis le mot camembert". 


Ce produit  fabriqué avec du lait et de la crème pasteurisée - et pas cru comme le veut pourtant la tradition - a pourtant parfaitement le droit d'arborer sur son étiquette le nom de ce fromage typiquement normand. "Le mot camembert est tombé dans le domaine public en 1926 car il n'a pas été protégé en temps voulu. C'est comme pour la pizza, la formule est reproductible dans le monde entier. Ainsi, des camemberts sont fabriqués en Pologne, en Russie, aux Etats-Unis, partout !" regrette cet ardent défenseur du terroir. 

Le seul vrai camembert français est le "camembert de Normandie" Périco Légasse, journaliste et critique gastronomique

Mais alors, comment être sûr qu'on achète un authentique produit ? "Le seul vrai camembert français, pour l'instant - une nouvelle réglementation doit sortir en 2021 - est le "camembert de Normandie" certifié par une Appellation d'origine protégée (AOP) qui remonte à 1983 (AOC, à l'époque). La mention "fabriqué en Normandie" signifie seulement qu'il est fabriqué sur place mais le lait peut venir de Savoie, d'Ukraine, de Pologne ou de Nouvelle-Zélande", prévient-il.  

Des milliers de fromage provenant de 26 pays se sont affrontés dans le cadre de cette compétition internationale présentée comme la plus grande du genre au monde. Le problème, c'est la valeur que l'on accorde à ces concours."Qui compose ce jury ? Tout le monde peut créer des concours mais ces classements ne veulent parfois rien dire", explique Périco Légasse, tout en rappelant qu'en France, le concours général agricole est organisé chaque année au Salon de l'agriculture avec "des experts compétents". Ceux-ci goûtent pendant trois jours des produits agricoles français auxquels il attribuent des médailles d'or, d'argent et de bronze. 

En vidéo

A qui va profiter le CETA, le traité de libre-échange entre le Canada et l’UE ?

Force est de constater que ce concours qui fait sensation "tombe très bien, au moment où les Français craignent que le Ceta, le traité de libre échange avec le Canada, leur apporte des produits médiocres", ironise le journaliste gastronomique. Porter aux nues un camembert canadien, aussi éloigné puisse-t-il être de son mode de fabrication traditionnel, c'est tout un symbole, susceptible, prévient Périco Légasse, de "faire croire, au contraire, que cet accord va nous apporter d'excellents produits". Alors, vraiment rassuré ?

Plus d'articles

Sur le même sujet

Lire et commenter