Champagne, chewing-gums, sandwichs... Le flop 10 des ventes en grande surface pendant le confinement

Les chaussures utilisées pour aller faire des courses ne doivent pas faire l'objet d'une surveillance particulière.

ACHATS - Dans les rayons des supermarchés, le confinement fait bouder certains produits devenus accessoires ou inutiles. Du maquillage au champagne, retrouvez les dix types de produits dont les ventes ont le plus dégringolé.

A l'inverse des gants de ménage, de la levure et de la farine dont les ventes ont plus ou moins triplé, les rayons "foie gras", "parfum" ou encore "laque "ont subi une remarquable baisse de fréquentation depuis le début du confinement. Comme le souligne en effet le spécialiste des études de marché IRI, "les Français se sont avant tout concentrés sur les produits essentiels en cette période inédite et difficile". 

Les articles jugés au contraire accessoires (ou devenus totalement inutiles lorsque l'on reste en continu chez-soi) ont ainsi vus leurs ventes s'écrouler. A noter par ailleurs que du côté du porte-monnaie, le panéliste indique dans sa dernière communication sur les prix n'avoir globalement pas constaté d'inflation. 

Toute l'info sur

Coronavirus : l'impact économique de la pandémie

Lire aussi

En vidéo

Quels sont les produits dont les ventes ont le plus augmenté pendant le confinement ?

Voici le FLOP 10 des ventes en moyennes et grandes surface concernant la dernière semaine d'avril :

• Sandwichs : - 70%

• Accessoires lustrants chaussures : - 64%

• Champagne : - 59%

• Salades de fruits rayons frais : - 55%

• Maquillage : - 55%

• Spécialités glacées à partager : - 55%

• Produits d'entretien cuir, pvc et toile : - 54%

• Chewing-gums : -52% 

• Petites confiseries de sucre : -52%

• Lingettes et rinces doigts : -51% 

Le malheur des uns faisant parfois le bonheur des autres, certains de ces produits délaissés au supermaché ont en revanche pu rencontrer un succès inédit lorsqu'ils sont vendus à distance. Par exemple, les coffrets beauté Birchox, envoyés à domicile sur abonnement, font état d'une forte croissance pendant la crise. 

Le patron, récemment interrogé par le spécialiste de la grande consommation LSA, explique bénéficier d'un important "report des achats offline sur le online". C'est-à-dire que les magasins physiques ont été abandonnés au profit d'Internet.  

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

EN DIRECT - Proche-Orient : Macron se dit "très préoccupé par l'évolution de la situation"

Covid-19 : un tiers de la population de l'UE a reçu au moins une dose

La Commission européenne préconise-t-elle réellement de fixer la retraite à 70 ans ?

Carte bancaire : vos achats en ligne de plus de 30 euros désormais soumis à l'authentification forte

Gérald Darmanin s'invite à la manifestation des policiers devant l'Assemblée le 19 mai

Lire et commenter

LE SAVIEZ-VOUS ?

Logo LCI défend l'ambition d'une information gratuite, vérifiée et accessible à tous grace aux revenus de la publicité .

Pour nous aider à maintenir ce service gratuit vous pouvez "modifier votre choix" et accepter tous les cookies. > En savoir plus.