Baisse de 80% des accidents de la route : la MAIF rend 100 millions d'euros à ses assurés

Baisse de 80% des accidents de la route : la MAIF rend 100 millions d'euros à ses assurés

SOLIDARITÉ - L'assureur Maif va rendre un peu plus de 100 millions d'euros à ses sociétaires pour tenir compte de l'effondrement du nombre d'accidents automobiles, dans un contexte de confinement pour lutter contre la propagation du covid-19.

Bonne nouvelle pour près de trois millions de Français : l'assureur MAIF a annoncé ce jeudi 2 avril qu’il s’apprêtait à rendre un peu plus de 100 millions d’euros à ses sociétaires pour tenir compte de l’effondrement du nombre d’accidents automobiles alors que la France est confinée depuis plus de trois semaines.

“La Maif décide de prendre part à l’effort de solidarité collectif par un geste très fort” avec le “remboursement des cotisations d’assurances auto à hauteur d’un peu plus de 100 millions d’euros, redistribués à 2,8 millions de sociétaires (c’est-à-dire les assurés Maif, ndlr) pour environ 3,6 millions de véhicules”, fait savoir l’assureur dans un communiqué.

Toute l'info sur

Coronavirus : la pandémie qui bouleverse la planète

Les dernières infos sur l'épidémieA quel stade en est l'épidémie, département par département ?

Lire aussi

Incité à reverser cette somme sous forme de don

Depuis le début du confinement, le nombre d'accidents de la route a en effet baissé de presque 80% par rapport à une année dite “normale”, a précisé un porte-parole de l’assureur. À l’échelle de l’assureur, ces 100 millions d’euros représentent près d’une année de résultat net. En 2018, la Maif avait en effet dégagé un bénéfice net d’environ 127 millions d’euros. Pour les sociétaires de l’assureur, cette décision représente un gain d’environ 30 euros par véhicule assuré.

Les assurés pourront conserver cette somme, mais l’assureur les encourage à “reverser cette somme sous forme de don” via une plate-forme dédiée pour des soutiens aux hôpitaux (Fondation Hôpitaux de Paris-Hôpitaux de France), la recherche (Institut pasteur) ou la solidarité (Secours populaire).

Par ailleurs, l’assureur précise que la majorité de ses collaborateurs sont au chômage partiel mais qu’il a choisi de maintenir les salaires à 100% sans avoir recours à l’aide d’État, une mesure qui représente un coût pour l’entreprise d’environ 15 millions d’euros. 

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

EN DIRECT - Covid-19 : près de 25.000 hospitalisations, 196 décès en 24 heures

Couvre-feu national à 18h : quelles sont les attestations dérogatoires et où les télécharger ?

Départ de Donald Trump : nos images de la Maison-Blanche désertée

Dérogations au couvre-feu national : qui est autorisé à circuler après 18h ?

Impôts : faites-vous partie des bénéficiaires de l'acompte versé ce vendredi ?

Lire et commenter