Famille, étudiant, salarié... toutes les mesures pour aider à passer la crise

Une femme faisant ses comptes / Photo d'illustration
Mon argent

ARSENAL - Afin d'amoindrir la dureté de la crise et par la même occasion relancer l'économie, les pouvoirs publics ont prévu toute une série d'aides. Certaines concernent spécifiquement les particuliers. Qu'il s'agisse de versements de primes ou de réductions sur certaines factures, voici ce qui est d'ores et déjà en place et ce qui reste à confirmer.

Soucieux des effets de la crise sanitaire sur les ménages, le gouvernement pourrait multiplier les mesures pour les soutenir financièrement. Citant en particulier les personnes peu qualifiées et celles qui risquent de perdre leur emploi, le ministre de l'Economie Bruno Le Maire a assuré ce jeudi 11 juin sur LCI que ce sont celles qui "vont être très fragilisées [...] qu'il faut aider en priorité et là je suis ouvert à toutes les solutions". 

Parmi les mesures qui concernent directement les particuliers, il a par exemple indiqué n'être "pas fermé" à l'idée de "chèques" qui permettraient aux ménages modestes d'effectuer certaines dépenses supplémentaires. Un dispositif qui évoque l'idée - lancée par le délégué général de LaREM Stanislas Guerini - d'un "chèque déconfinement" de 400 euros pour les 10% des ménages les plus précaires. 

En vidéo

L'interview politique du jeudi 11 juin 2020 : Bruno Le Maire

En attendant de savoir si l'exécutif reprendra à son compte cette proposition du parti présidentiel, voici les dispositifs publics destinés à aider à affronter la crise ou à inciter à consommer un peu plus pour contribuer à relancer l'économie.

• Etudiant, vous avez perdu un emploi ou un stage pendant la crise ou vous êtes originaire d'Outre-mer : vous pouvez solliciter une aide de 200 euros que vous soyez boursier ou non boursier. Il convient alors d'effectuer ici la demande en ligne. A noter que, par ailleurs, les bourses du Crous seront exceptionnellement versées en juillet aux étudiants qui doivent passer des concours ou examens après le 30 juin.

• Lycéen de la région Ile-de-France, vous êtes boursier : votre famille doit recevoir dans le courant du mois de juin une aide de 100 euros par enfant concerné pour faire face aux surcoûts engendrés par la crise (arrêt de la cantine, abonnement internet pour suivre les cours...). 

En vidéo

Crise économique : une aide de 200 euros pour les étudiants et les jeunes précaires

• Automobiliste, vous devez changer de voiture : depuis juin et jusqu'à décembre, si vous mettez un vieux véhicule à la casse, vous pouvez bénéficier d'une aide de 3.000 euros pour acheter un véhicule thermique de 5.000 euros pour un électrique ou hybride rechargeable ayant au moins 50 km d'autonomie. A condition toutefois d'avoir un revenu fiscal de référence inférieur à 18.000 euros par part et de faire partie des 200.000 premières demandes. En outre, le bonus écologique pour l'achat d'une voiture électrique est porté à 7.000 euros (au lieu de 5.000 euros) et désormais les hybrides rechargeables donnent aussi droit à un bonus mais de seulement 2.000 euros.

• Propriétaire d'une bicyclette, vous souhaitez la remettre en état : vous pouvez bénéficier d'une réduction de 50 euros maximum sur votre facture en confiant votre monture à l'un des milliers de réparateurs participant à l'opération "Coup de pouce vélo". Le dispositif mis en place dès la fin du confinement se poursuivra jusqu'au 31 décembre. 

En vidéo

Opération Coup de pouce vélo : une course aux réparateurs

• Particulier employeur, vous avez recours à une nounou ou un employé à domicile : le dispositif de chômage partiel mis en place dès le mois de mars a été reconduit plusieurs fois mais prendra finalement fin en juillet. Le formulaire d'indemnité exceptionnelle sera accessible sur les sites du Cesu et de Pajemploi à partir du 25 juin.

•  Salarié ou chômeur, vous avez du mal à payer votre loyer ou à rembourser un crédit immobilier : vous pouvez demander une aide de 150 euros par mois à Action Logement, un organisme géré par les partenaires sociaux. A noter qu'il ne s'agit pas à proprement parler d'une aide publique puisqu'elle est financée par les entreprises. Le gouvernement est toutefois partie prenante de ce dispositif qu'il a annoncé dans un communiqué commun avec Action Logement. 

Signalons également une initiative privée des caisses de retraite complémentaires, qui proposent jusqu'à fin juillet une aide exceptionnelle d'urgence d'un montant pouvant aller jusqu'à 1.500 euros aux salariés du privés qui cotisent à l'Agirc-Arrco. Il convient de contacter sa caisse pour effectuer une demande.

Toute l'info sur

Coronavirus : l'impact économique de la pandémie

"On s’attend à un raz- de-marée" : comment Pôle emploi peut faire face à la vague de chômeurs ?

• Et aussi... Certaines aides déjà versées, d'autres à l'étude

D'autres mesures liées à la crise sont soit déjà passées soit en attente de confirmation. Ainsi une aide exceptionnelle de 100 euros minimum été versée mi-mai à 4,1 millions de ménages modestes. Des primes de 500 à 1.000 euros pour les personnels soignants et de 1.000 à 1.500 euros pour ceux des Ehpad devaient être versées fin mai, mais certains ne l'ayant toujours pas reçue, devront attendre fin juin. Un projet de prime avait également été évoqué pour le reste du secteur médico-social mais ses contours n'ont pas été détaillés dans l'immédiat.

Pas encore concrétisés mais sur les rails, des "chèques vacances tourisme" financés par le gouvernement et les régions pourraient quant à eux être distribués aux salariés touchant de petits revenus et ayant travaillé au contact direct du public durant la période de confinement. A noter que les régions Paca et Grand Est ont pris les devants, annonçant dès avril qu'elles offriraient des chéquiers de 500 euros à ces personnes qui peuvent par exemple être des soignants, des employés de supermarchés  ou des éboueurs. 

Sur le même sujet

Et aussi

Lire et commenter

Alertes

Recevez les alertes infos pour les sujets qui vous intéressent