Couches, lessive... Comment expliquer les énormes écarts de prix entre les pays européens ?

Couches, lessive... Comment expliquer les énormes écarts de prix entre les pays européens ?
Mon argent

ARGENT - D'un pays européen à un autre, les prix d'un même produit peuvent fortement varier. L'explication de ce phénomène est quelque peu inattendue.

Ici comme ailleurs, ce sont des produits du quotidien de tout un chacun. Pourtant, à titre d'exemple, le prix de la lessive ou des couches peut, d'un pays européen à un autre, passer du simple au double. On pourrait penser que cela est dû à la loi de l'offre et de la demande, régissant toute économie, mais non. L'explication, en fait, est moins rationnelle que culturelle, comme le démontre l'enquête menée par TF1 dans la vidéo en tête de cet article.

Amazon se dédouane

Internet en est un parfait baromètre. Car cela reste le meilleur moyen de traverser les frontières, et de trouver le meilleur rapport qualité/prix en changeant deux petites lettres à la fin de l'adresse d'un site. Ainsi, 19% des consommateurs européens achètent en ligne dans un autre pays, conscients des économies qu'ils peuvent y faire. Exemples concrets : sur la version anglaise du site Amazon, un paquet de couches pour un mois de marque Pampers coûte 18 livres, soit 20 euros, alors que le même paquet grimpe à 49 euros sur la version espagnole, tandis qu'une même machine à café coûte 130 euros sur la version allemande, et 74 euros sur la version française.

Lire aussi

"Les vendeurs partenaires fixent eux-mêmes les prix de leurs produits sur notre site", se dédouane Amazon. Ce que confirme Olivier Dauvers, journaliste et éditeur français spécialisé dans la grande distribution, qui explique : "Les marques ont une liberté totale sur la fixation de leurs prix, quels que soient les pays dans lesquels elles sont. Et elles en profitent. Une marque qui serait très connue en France, plébiscitée par les consommateurs, elle va le leur faire payer, avec un niveau de prix premium. Ce sont des différences de prix qui sont organisées par les marques elles-mêmes, en fonction des pays où elles vendent." 

La pratique illégale du "geoblocking"

La fiscalité des pays, très variable, peut aussi jouer. L'eau en bouteille vaut ainsi deux fois plus cher en Belgique qu'en France. Charge, donc, aux consommateurs eux-mêmes de faire le tri et comparer. Mais il existe une barrière invisible : celle du "geoblocking". En clair : certains sites Internet vous empêchent d'acheter moins cher ailleurs en ligne. Est-ce légal ? "Non, le commerçant n'a plus le droit de vous refuser la vente, sous prétexte que vous venez de France ou que vous avez une carte bleue française", assure Guillaume Roty, porte-parole de la Représentation en France de la Commission européenne.

Toute l'info sur

Le 20h

Il précise ensuite : "Si vous allez sur le site d'une marque pour comparer les prix entre versions française et espagnole par exemple, vous avez tout à fait le droit de le faire. Et le commerçant n'a plus le droit de vous rediriger automatiquement sur le site français parce que vous consultez depuis la France." Théoriquement, tout est donc fait pour aider les Européens à consommer, sauf peut-être les prix de livraison, demeurant dissuasifs. Sur les biens de consommation courants, la France affiche, d'ailleurs, des prix 5% supérieurs à la moyenne continentale.  

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

EN DIRECT - Covid-19 : un reconfinement "à la Française" envisagé outre-Manche

L’ŒIL DE LAURENCE HAÏM - "Il se passe quelque chose au Texas"

CARTE - Reconfinement : regardez jusqu’où vous pouvez sortir autour de chez vous

EN DIRECT - Attentat de Nice : une troisième personne en garde à vue

Olivier Véran a-t-il affirmé que "c’est le confinement qui provoque la circulation du virus" ?

Lire et commenter

Alertes

Recevez les alertes infos pour les sujets qui vous intéressent