Dangerosité : les produits désodorisants à combustion (bougies, encens...) auront bientôt leurs étiquettes

Mon argent

PARFUM - Ils rendent l'atmosphère de notre maison agréable, mais sont à utiliser avec précaution. Suite à un décret publié mercredi dans le Journal Officiel, les désodorisants à combustible feront l'objet d'un étiquetage informatif dès 2019.

En mars dernier, 60 millions de consommateurs avait alerté sur les risques toxiques des produits désodorisants.  Quarante-six produits, dont les bougies parfumées et les sprays aux huiles essentielles, avaient ainsi été épinglés par l'association pour leur composés organiques volatiles (COV). Mercredi dernier, un décret relatif à l'étiquetage des produits désodorisants à combustion a été publié dans le Journal Officiel. Il impose la mise en place d'un affichage au 1er janvier 2019 sous forme de mentions ou de symboles. Sur les emballages figureront alors de manière visible des informations portant sur la ventilation de la pièce ou encore sur "l'absence d'inhalation directe" de la fumée.

Lire aussi

En consultation du 29 février 2016 au 31 mars 2016, le texte était censé entrer en vigueur le 1er janvier 2017, rappelle le site Actu Environnement. La mise en application sera finalement effective le 1er janvier 2019. Tous les produits encore en stock et non écoulés pourront cependant être vendus, même après cette date. Le décret ne s'applique par contre pas aux produits commercialisés en parallèle dans un autre pays de l'Union européenne ou signataire de l'Association européenne de libre échange. Les articles qui sont aussi vendus en Turquie ne sont pas concernés, le pays assurant déjà un niveau d'information équivalent à celui visé par le décret signé par Bernard Cazeneuve, Ségolène Royal et Marisol Touraine.

Sur le même sujet

Et aussi

Lire et commenter