Déclaration de revenus : le palmarès des niches fiscales que vous ne réclamez pas

Mon argent
IMPÔTS - Chaque année, des milliards d'euros de niches fiscales ne seraient pas utilisés par les contribuables, selon une enquête de TacoTax. Travaux d'économie d'énergie, frais de scolarisation, dons aux associations... voici ce que vous gagneriez à les mentionner dans votre déclaration de revenus, que vous devez renvoyer au plus tard ce 4 juin pour le dernier tiers des départements.

Que ce soit par ignorance, par oubli ou pour les plus vertueux à dessein, les contribuables sont loin d'utiliser toutes les niches fiscales dont ils disposent. Plusieurs milliards d'euros de réductions d'impôts ne seraient ainsi pas réclamés chaque année, à en croire le palmarès dévoilé mi-mai par Tacotax.fr, une plateforme qui se présente comme "le coach en ligne pour les impôts".


Pour identifier les principaux avantages fiscaux non utilisés, les auteurs de l'enquête ont comparé les statistiques publiques du fisc aux données de marché disponibles concernant les dépenses donnant justement lieu à des réductions/crédits d'impôt. Par exemple, 2,5 milliards d'euros de dons aux associations ont été déclarés par les particuliers alors que le montant des dons indiqué par France générosité (qui les recense tous) atteint 4,5 milliards d'euros.   

Résultat, voici les quatre principales niches fiscales non utilisées par ceux qui y ont droit et le gain moyen qu'elles rapportent à leurs bénéficiaires. Rappelons que les déclarations doivent être renvoyées en ligne au plus tard ce mardi 4 juin dans les départements portant les numéros 50 à 976. Pour les autres, il est déjà trop tard :  l'échéance était fixée au 22 mai ou au 28 mai, selon les départements.  

Les dons : 41 euros à récupérer

Comme nous l'avons vu plus haut, 2 milliards d'euros sont versés aux associations sans être ensuite mentionnés à l'administration fiscale. Les réductions d'impôt qui en découlent sont pourtant colossales (66% ou 75% du montant donné, selon les cas). En déclarant cette dépense, les foyers fiscaux auraient récupéré en moyenne 41 euros.


> Total de réduction non réclamé  : 1,3 milliard d'euros

Les frais réels : 420 euros d'impôt en moins

Lorsqu'ils déclarent leur revenus, 84% des 38 millions de foyers fiscaux gardent l'option par défaut qui leur fait bénéficier d'un abattement forfaitaire de 10% pour leur frais professionnels. Or, selon les estimations de TacoTax, 20% des foyers fiscaux gagneraient en moyenne 420 euros en déclarant leurs frais réels, notamment lorsque le lieu de travail est situé à plus de 20 km du domicile et que le trajet est réalisé en voiture. 


> Total de réduction non réclamé : 700 millions d'euros

Les frais de scolarisation des enfants : 119 euros

Sur les 5,6 millions d'enfants scolarisés au collège et au lycée, seuls 3 millions sont indiqués en tant que tels dans la déclaration de revenus des parents. La réduction d'impôt accordée atteint pourtant 61 euros pour un collégien et 153 euros pour un lycéen, soit une moyenne de 119 euros par famille. 


> Total de réduction non réclamé : 230 millions d'euros

Les travaux d'économie d'énergie : 1.068 euros

Faire installer une chaudière au gaz, une isolation thermique, une pompe à chaleur ou autre élément permettant d'obtenir un meilleur rendement énergétique chez soi peut donner lieu un crédit d'impôt (CITE) représentant jusqu'à 30% des montants dépensés. Par exemple, pour les chaudières éligibles, 206.000 unités ont bénéficié de cette niche fiscale alors que 250.000 ont été vendues sur un an. Cela représente en moyenne 1.068 euros non récupérés par les foyers concernés.


> Total de réduction non réclamé : 46 millions d'euros 

Tout savoir sur

Tout savoir sur

Impôts et prélèvement à la source : le grand basculement

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter