Oui, les prix de l’électricité ont bien augmenté de 50% en dix ans

Mon argent

Toute L'info sur

À la loupe

À LA LOUPE - Mauvaise nouvelle pour le pouvoir d'achat des Français, les tarifs réglementés de l'électricité ont augmenter de 5,6% le 1er juin, la huitième hausse depuis 2010. Mais de combien a augmenté le prix de l'électricité ces dernières années ? L'Insee a réalisé une étude sur 'les dépenses des Français en électricité depuis 1960' que l'équipe d'À La Loupe a décortiquée. Le résultat est sans appel pour notre porte-monnaie.

François de Rugy, ministre de la Transition écologique, s’était exprimé en faveur d’une hausse de 5,6% du tarif réglementé de l’électricité, soit une augmentation d'environ 85 euros par an pour un foyer chauffé à l’électricité. Cette nouvelle hausse, la huitième en 10 ans, entrera en vigueur le 1er juin. 

Un nouveau coup dur pour le porte-monnaie des foyers français. D'après une étude de l'Insee sur 'les dépenses des Français en électricité depuis 1960', les prix de l'électricité en France ont bien augmenté de 50% en dix ans. Décryptage. 

Les prix ont effectivement augmenté de 50%

"Depuis 2007, les prix à la consommation de l’électricité ont augmenté d’environ 50%." Une nouvelle étude de l’Insee publiée le 4 avril confirme donc les chiffres avancés par les associations de consommateurs. Contactés par LCI, les auteurs de l'étude apportent quelques précisions : "L’augmentation du prix de l’électricité est de 43.6%. Ainsi, en 2016, le consommateur français paie son électricité quasiment une fois et demi plus cher qu’en 2007." Une tendance qui s'est poursuivie depuis cette date. A elle seule, l'électricité est responsable d’une hausse de 1,5% de l’ensemble des prix à la consommation.

Voir aussi

Toujours d’après l’Insee, "depuis 1960, la dépense des ménages en électricité a progressé en valeur de 9% en moyenne par an, contre 7,3% pour l’ensemble de leur consommation." Cette dépense représente aujourd’hui 2,3% du budget total d'un foyer, soit environ 930 euros par an. Dans le détail, l'électricité représente 57% des dépenses en énergie (hors carburant) des ménages, contre 24% en 1960, et ce en raison de l'essor du chauffage électrique.

Avant les années 1980, le prix de l’électricité dépendait largement du cours du pétrole, d’où les fortes hausses en 1973 et 1979 au moment des chocs pétroliers. Puis, la mise en service d’un large parc nucléaire a permis à la France de déconnecter les coûts de production de l’électricité du prix du baril. Les tarifs ont même baissé dans les années 1990. 

Ce choix de l'atome assure une électricité 20% moins chère que dans le reste de l'Europe et même moitié moins qu'en Allemagne. L’Insee pointe toutefois paradoxe : le prix de l’électricité augmente alors que la France dépend toujours à plus de 70% de l’énergie nucléaire pour sa production d’énergie.

L'électricité augmente beaucoup plus vite que l'inflation

Pour quelle raison ? "La part des taxes et prélèvements dans le prix total de l’électricité en France atteint 35% en 2016, contre 26% en 2010", énonce l’Insee. Les impôts prélevés sur la consommation d’électricité ont en effet considérablement augmenté depuis les années 2000. Les auteurs de l'étude précisent à LCI qu'"entre 2009 et 2016, les prix de l'électricité ont augmenté, par an en moyenne, de 4 points de plus que ceux de la consommation des ménages." Un coup dur pour le pouvoir d'achat des Français. 

Quatre prélèvements différents s’appliquent sur l’électricité : la Taxe sur la consommation finale d'électricité (TCFE), la Contribution au service public d'électricité (CSPE) - qui a quintuplé entre 2009 et 2016 - la Contribution tarifaire d'acheminement électricité (CTA) et la TVA. Nous avions déjà passé au crible une facture EDF pour comprendre toutes ces taxes.

Une TVA à taux réduit ?

A noter que la TVA est appliquée non seulement sur l’abonnement (taux à 5,5%), mais aussi sur la consommation finale (taux à 20%). Une taxe sur les taxes donc. Contacté par LCI, l’association nationale de défense des consommateurs CLCV demande la mise en place d'une TVA a taux réduit pour l'électricité. 

Pour sa part, François de Rugy a annoncé qu’il suivait l’avis de la Commission de régulation de l’énergie. Celle-ci est chargée de veiller au fonctionnement des marchés du gaz et de l’électricité, ouverts à la concurrence depuis 2007 pour les particuliers. Elle décide du montant des tarifs réglementés appliqués par EDF et qui sert de référence pour les fournisseurs concurrents. En décembre dernier, en pleine crise des Gilets jaunes, le gouvernement avait renoncé à augmenter les tarifs réglementés. Pressés, notamment, par le Conseil d'Etat, les pouvoirs publics souhaitent donc revenir sur ce gel temporaire "pour éviter la faillite des fournisseurs alternatifs" alignés sur le tarif réglementé jugé trop bas. Une justification étonnante pour le pouvoir d'achat des Français. 

Vous souhaitez réagir à cet article, nous poser des questions ou nous soumettre une information qui ne vous paraît pas fiable ? N'hésitez pas à nous écrire à l'adresse alaloupe@tf1.fr.

Sur le même sujet

Et aussi

Lire et commenter